/news/society
Navigation

Guy Lafleur: rencontre inoubliable pour des enfants handicapés

Le numéro 10 visitait chaque été un camp de vacances situé dans Lanaudière

Guy Lafleur au camp Papillon
Photo courtoisie, Fondation Papillon Christian Généreux, atteint de paralysie cérébrale, avec son idole au camp Papillon en 1977.

Coup d'oeil sur cet article

Les visites « magiques » de Guy Lafleur sont restées gravées dans la mémoire des enfants avec un handicap qui fréquentaient le camp Papillon et pour qui il trouvait toujours un moment. 

• À lire aussi: Canadien c. Bruins: hommage émouvant pour une idole

• À lire aussi: Des funérailles nationales pour Guy Lafleur

« Je me souviens encore de le voir arriver, monter la côte à pied. Ça criait [parmi la foule des petits], ça, c’est sûr ! », raconte au Journal Claude Dufresne, 54 ans, qui souffre d’une malformation cardiaque. 

Petit, ce dernier a fréquenté pendant une dizaine d’années le camp de vacances pour enfants handicapés Papillon, situé à Saint-Alphonse-Rodriguez, dans Lanaudière. 

Chaque été à partir de 1975, environ 350 campeurs recevaient de la grande visite : le numéro 10, qui était alors au sommet de sa gloire. 

« Tout le monde connaissait Guy. Pour ces petits-là, c’était inespéré de voir une vedette. C’était LA grosse journée de l’été », précise Jean DeBlois, qui coordonnait les activités de plein air à l’époque.

Le numéro 10 passait une journée par été au camp Papillon avec les enfants.
Photo courtoisie, Fondation Papillon
Le numéro 10 passait une journée par été au camp Papillon avec les enfants.

« Les enfants en situation de handicap n’étaient pas différents des autres pour ça, ils regardaient les matchs de hockey. Peut-être qu’ils ne pouvaient pas jouer, mais ils embarquaient dans cette passion-là. Et de voir leur vedette, c’était plus grand que grand », ajoute Renée Charron, responsable des communications de la Fondation Papillon. 

Guy LafleurGuy Lafleur | 1951-2022
30 mars 1991 - Ovation pour Guy Lafleur lors de son dernier match a vie au Forum dans l'uniforme des Nordiques. Les archives / Le Journal de Montreal
Guy Lafleur durant ses années avec Le Canadien Bruce Bennett Studios via Getty Images
Guy Lafleur André Toto Gingras LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI
Le club de hockey Canadien présente les récipiendaires des prix d’excellence et du mérite Guy-Lafleur pour 2017-2018 CHANTAL POIRIER / LE JOURNAL DE MONTRÉAL
Guy Lafleur lors du dernier match de sa tournée d'adieu au Centre Bell, le dimanche 5 décembre 2010. Sébastien St-Jean / 24Heures / Agence QMI
11 septembre 1971 - À la veille de son premier camp d'entrainement avec le Canadien de Montréal, pour la première fois Guy Lafleur en profite pour donner quelques coups de patin sur la patinoire du Forum. Sur la photo il est en compagnie de Jean Béliveau. Les archives / Le Journal de Montreal
Photo dédicacée de Guy Lafleur dans son uniforme des Remparts de Québec Courtoisie
Guy Lafleur dans le cadre de la soirée du retrait du numéro 4 de Guy Lafleur au Centre Slush Puppie de Gatineau le mercredi 29 septembre 2021 MARTIN CHEVALIER / LE JOURNAL DE MONTRÉAL
Guy Lafleur et sa bannière dans le cadre de la soirée du retrait du numéro 4 de Guy Lafleur au Centre Slush Puppie de Gatineau le mercredi 29 septembre 2021 MARTIN CHEVALIER / LE JOURNAL DE MONTRÉAL
Dernier match de Guy Lafleur avec les Nordiques de Québec, à Montréal le 30 mars 1991 Les archives / Le Journal de Montreal
Sculpture de Guy Lafleur en bronze Les archives / Le Journal de Montreal
Guy Lafleur, Pee-Wee Collection Tournoi Pee-Wee de Québec, Fonds Photo Moderne
Guy Lafleur, Pee-Wee Collection Tournoi Pee-Wee de Québec, Fonds Photo Moderne
Guy Lafleur et les trophée Art Ross, Conn Smythe et Lester B. Pearson, Forum de Montréal, 1976 Denis Brodeur / NHLI via Getty Images
Guy Lafleur, alors membre de Team Canada, signe des autographes durant un entraînement pour la Coupe Canada, Montréal 1976 Denis Brodeur / NHLI via Getty Images
Guy Lafleur et le gardien de but Murray Bannerman #30 des Blackhawks de Chicago, Forum de Montréal 1980 Denis Brodeur / NHLI via Getty Images
Guy Lafleur et le gardien Mike Palmateer des Maple Leafs de Toronto Dick Darrell / Toronto Star via Getty Images
7 mars 1975 - Guy Lafleur devient le premier joueur de toute l'histoire du club Canadiens à atteindre les 100 points en une seule saison Lors d'une victoire de 8 à 4 contre les Capitals de Washington Les archives / Le Journal de Montreal
Guy Lafleur sur le banc durant un match (3) de finale contre les Bruins de Boston, Boston Gardens, 1977 Dick Raphael / Sports Illustrated via Getty Images
Annonce de la première retraite de Guy Lafleur Les Archives / Le Journal de Montréal
La LHJMQ retire le numéro 4 de Guy Lafleur au Centre Videotron de Québec, jeudi le 28 octobre 2021 STEVENS LEBLANC / JOURNAL DE QUÉBEC / AGENCE QMI

Tout sourire

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse
jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au
1 800-63SCOOP.

Lors de ses apparitions surprises au camp, Guy Lafleur prenait le temps de discuter avec les enfants et n’hésitait pas à jouer par terre avec eux, malgré ses pantalons blancs immaculés. 

« Il n’était pas gênant du tout », se rappelle M. Dufresne, qui, sans être un grand fan de hockey, garde un bon souvenir de ces journées spéciales.  

Guy Lafleur ne se faisait pas non plus prier pour signer des autographes ou prendre la pose, tout sourire, aux côtés de ses jeunes admirateurs. 

Les parents de Christian Généreux ont d’ailleurs conservé précieusement le cliché publié dans Le Journal de Montréal qui immortalise leur fils de 7 ans, atteint de paralysie cérébrale, dans les bras de son idole. 

Humble et généreux

Si l’homme aujourd’hui âgé 52 ans garde un souvenir légèrement flou de leur rencontre, il souligne l’humilité et l’immense générosité du numéro 10. 

« Je l’ai revu par la suite et, maudit, il se rappelait très bien de moi ! Deux ans plus tard, on l’a recroisé dans un hôtel de Québec avec mon père et on avait eu des billets offerts pour le match », témoigne par écrit le Montréalais issu d’une famille de maniaques de hockey. 

M. Généreux, aujourd'hui travailleur autonome, croit que la détermination de « Flower » sur la glace a pu l’inspirer dans les années suivantes face à « [ses] incapacités et les situations liées à [son] handicap ». 

« J’ai senti une grande tristesse à son départ. J’aurais voulu lui écrire, mais j’ai trop procrastiné... », regrette-t-il.  

Un philanthrope, comme son mentor Béliveau  

Guy Lafleur a suivi les traces du grand Jean Béliveau sur la glace comme en philanthropie, en s’impliquant auprès des jeunes Québécois aux besoins particuliers.

« C’est Jean Béliveau qui a été le mentor philanthropique de Guy Lafleur et qui lui a fait découvrir nos activités », soutient Jean DeBlois, ancien directeur du camp Papillon, pour enfants avec un handicap.  

Dès sa retraite du sport en 1971, « le Grand Jean » avait fait don d’une ambulance au camp, en plus de multiplier les dons en argent via sa fondation et les visites à la colonie de vacances avec les joueurs du CH. 

De précieuses visites

De fil en aiguille, Guy Lafleur l’a imité, touché droit au cœur par la cause. 

« J’imagine qu’il a dû avoir un choc en mettant les pieds au camp pour la première fois, c’est très impressionnant ce qu’on y fait », affirme Jean Duchesneau, président actuel de la Fondation Papillon. 

Pendant les étés à partir de 1975, le Démon blond a donc visité les petits campeurs en plus de se rendre au chevet d’autres jeunes malades dans les hôpitaux du Québec. 

« Certains avaient donc la chance de le voir deux fois par année puisqu’ils étaient souvent hospitalisés », ajoute M. DeBlois.

Guy Lafleur a même coparrainé la campagne de financement « Ne m’oublie pas » de la Fondation Papillon, aux côtés de Martine Minville, une petite malade chronique âgée de 11 ans, en 1977. 

Martine Miville, 11 ans, coparrainait une campagne de financement avec Guy Lafleur en 1977.
Photo courtoisie, Fondation Papillon
Martine Miville, 11 ans, coparrainait une campagne de financement avec Guy Lafleur en 1977.

« Est-il besoin de le répéter, je suis un gars sensible. Les enfants handicapés m’ont toujours ému. J’ai toujours trouvé leur sort injuste », confiait-il à aux médias à l’époque. 

Contre le cancer

Vers la fin de sa vie, le hockeyeur vedette a également investi ses énergies en tant qu’ambassadeur de la Fondation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), où il était traité pour un cancer du poumon. 

« Nous sommes très reconnaissants d’avoir pu compter sur l’implication et la générosité d’un grand homme comme M. Lafleur », a souligné Pascale Bouchard, présidente et directrice générale de la Fondation, dont un Fonds porte le nom de Guy Lafleur. 

– Avec l’Agence QMI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.