/opinion/columnists
Navigation

Les Français choisissent le moindre mal

TOPSHOT-FRANCE2022-POLITICS-ELECTION-LREM
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Entre le tsunami qu’aurait constitué l’élection de Marine Le Pen à la présidence et la série de petits tremblements de terre qu’apporte la réélection d’Emmanuel Macron, les Français ont finalement choisi le moins ravageur des deux maux.

L’élection de Le Pen aurait très certainement porté de très durs coups à l’économie de la France et de l’Europe, parce que la candidate ne saisit pas les conséquences des gestes économiques qu’elle veut poser.

Inversement, Macron comprend les fondements de l’économie. La France a mieux lutté contre l’inflation galopante que la plupart des autres pays européens.

Mais la France demeure un pays fortement hiérarchisé où les gagne-petit n’ont plus l’impression de pouvoir grimper dans l’échelle sociale, même avec un travail acharné.

Cette très forte hiérarchisation sociale, qui en réalité perdure depuis la Révolution française, Macron ne pourra pas la briser, à supposer qu’il le veuille. Elle nourrit autant le mouvement des Gilets jaunes que le communautarisme islamique.

Elle porte aussi Jean-Luc Mélenchon et ses rêves révolutionnaires.

Les tremblements de terre sociaux vont donc se poursuivre et ils risquent de s’amplifier.

Intérêts similaires

L’autre grand axe de la campagne présidentielle a été celui de sa politique étrangère.

L’invasion de l’Ukraine a puissamment aidé la cause de l’Union européenne. Face à l’émergence d’un ennemi commun, les Français et les autres Européens se redécouvrent soudainement de multiples intérêts similaires.

Mais les deux candidats conservent une vision bien partielle des grands enjeux internationaux que sont les menaces russes, chinoises et trumpistes. Macron y subordonne souvent les intérêts économiques, tandis que Le Pen est hypnotisée par son admiration des dictateurs.

Encore que Macron a accepté de sacrifier une partie des intérêts économiques de la France pour défendre l’Ukraine et le monde libre.

En ce sens, Macron a beaucoup évolué depuis cinq ans. Il comprend mieux les grands enjeux internationaux. Son expérience en politique étrangère lui permet d’assumer un leadership européen et mondial auquel il ne pouvait pas prétendre au début de son premier mandat.

Instabilité à venir

Il est difficile de prédire dans quelle direction évolueront la Russie, la Chine et les États-Unis au cours des prochaines années. Mais il est probable que la politique de ces pays sera plus instable que pendant les 20 dernières années.

Or, Macron devra aussi composer avec l’instabilité grandissante qui s’instaure en France. Si aux élections législatives de juin le parti de Le Pen et celui de Jean-Luc Mélenchon devaient rallier un grand nombre, voire une majorité d’électeurs, Macron devrait négocier avec une Assemblée nationale qui menacerait de paralyser plusieurs de ses politiques. Malheureusement pour lui, ce scénario est probable.

Qui acceptera de gouverner avec Macron en cas de gouvernement minoritaire ? Le Pen y gagnerait une certaine légitimité, mais Macron en sortirait affaibli. Quant à Mélenchon, une cohabitation avec Macron décevrait plusieurs de ses électeurs purs et durs.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.