/finance/business
Navigation

La télémédecine privée a l’attention de Dubé

Une firme estime pouvoir garder les soins gratuits

Cherif Habib, PDG Dialogue
Photo courtoisie, Cercle canadien Le PDG de Dialogue, Cherif Habib, plaide pour que ce soit l’assureur et l’employeur qui payent pour les soins afin que le patient ne sorte jamais « sa carte de crédit ».

Coup d'oeil sur cet article

Une firme de télémédecine privée détenue en partie par Sun Life, White Star Capital et le clan Desmarais discute en ce moment avec Québec pour pouvoir offrir plus de privé en santé.

• À lire aussi: Les Québécois ouverts au privé en santé

«On a eu toujours des conversations très ouvertes et très positives avec le gouvernement, surtout avec le ministre [Christian] Dubé et son équipe», a indiqué au Journal le PDG de Dialogue, Cherif Habib, hier, en marge d’une allocution offerte en français au Cercle canadien, à Montréal.

«Il n’y a aucun danger que ça prenne la place du public. On est dans une société dans laquelle le système de santé est universel et public», a-t-il insisté, en plaidant pour l’équité et la gratuité des soins de santé.

Au cabinet du ministre de la Santé Christian Dubé, qui veut réformer le système, on confirme qu’une rencontre a eu lieu en octobre dernier. 

«C’est d’ailleurs une information qui est publique. Lors de cet entretien, une présentation de l’entreprise a été faite au ministre», a déclaré son attachée Marjaurie Côté-Boileau.

Fonds publics

Alexandra Dionne Charest, la fille du candidat à la chefferie conservatrice Jean Charest, est lobbyiste pour Dialogue pour «obtenir un contrat de fourniture de services afin d’offrir de l’aide et un soutien auprès du ministère».

Dialogue vaut 340 millions de dollars en Bourse. Son conseil d’administration est présidé par Paul Desmarais III, dont la firme Diagram détient moins de 10 %. Sun Life du Canada (23 %) et White Star Capital (13 %) sont actionnaires.

L’an dernier, le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon avait laissé son poste le temps de vendre son placement dans un des fonds de White Star.

Investissement Québec a prêté 2 millions de dollars à Dialogue en 2019, mais n’a pas pris de participation.

La Caisse de dépôt et placement du Québec détient un investissement de 14 millions de dollars dans Dialogue, si l’on se fie au Registre des lobbyistes.

– Avec la collaboration de Sylvain Larocque

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.