/news/currentevents
Navigation

Poursuivie par Rozon, Pénélope McQuade contre-attaque

Rozon est responsable de son propre malheur, dit-elle

Pénélope McQuade
Photo courtoisie L’animatrice Pénélope McQuade se défend d’avoir diffamé Gilbert Rozon, et réclame qu’il paye ses frais d’avocats.

Coup d'oeil sur cet article

Poursuivie en diffamation par Gilbert Rozon, Pénélope McQuade contre-attaque en lui reprochant d’être responsable de son propre malheur et réclame que ce soit lui qui paye ses frais d’avocats.

• À lire aussi: Affaire Rozon: Julie Snyder et Pénélope McQuade déboutées en appel

• À lire aussi: Les animatrices voulaient se venger, croit Rozon

• À lire aussi: Poursuite en diffamation: Julie Snyder et Pénélope McQuade perdent une manche

« La réputation de M. Rozon relativement à son comportement sexuel envers les femmes a été réduite à néant bien avant les propos tenus [par l’animatrice] », peut-on lire dans la défense écrite de Mme McQuade, déposée il y a quelques jours au palais de justice de Montréal.

Rappelant les déboires de Rozon depuis 2017, notamment une action collective contre lui, suivie de six poursuites civiles en lien avec des inconduites sexuelles alléguées, l’animatrice réfute ainsi l’idée qu’elle aurait diffamé le magnat de l’humour déchu, lors de sa participation à une émission de La semaine des 4 Julie en 2019.

L’animatrice, Julie Snyder, avait alors affirmé que Rozon l’avait agressée sexuellement dans son sommeil il y a une vingtaine d’années. Mme McQuade, invitée sur le plateau, avait renchéri, affirmant avoir aussi été agressée par le même homme.

Liberté d’expression

Le fondateur de Juste pour rire avait répliqué en leur réclamant 450 000 $ pour diffamation.

« [La poursuite] ne peut mener à aucune conclusion de diffamation de la part de Mme McQuade, ces paroles sont le reflet de ce qu’elle a vécu », affirment toutefois les avocats de l’animatrice, rappelant qu’elle avait publiquement tenu les mêmes propos deux ans plus tôt, sans être poursuivie.

Reprochant à Rozon de vouloir limiter sa liberté d’expression et de faire peur à toutes les femmes qui oseraient dénoncer des inconduites sexuelles, Mme McQuade demande à la cour de trancher en sa faveur, tout en condamnant Rozon à lui rembourser tous les frais encourus pour se défendre.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.