/news/currentevents
Navigation

Une campagne pour valoriser le travail des policiers

Les chefs de partout au Québec lancent une campagne afin que leur métier soit davantage reconnu

GEN-CHEFS-POLICE
Photo Agence QMI, Joël Lemay Le président de l’Association des directeurs de police du Québec, Pierre Brochet, lors du lancement de la campagne de valorisation du travail des policiers, mercredi, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Inquiets devant la perte de confiance des citoyens envers les policiers et le désengagement de leur troupe, les directeurs des forces de l’ordre du Québec veulent revaloriser leur métier.

• À lire aussi: Le Service de police de Mashteuiatsh victime de discrimination, selon un tribunal

• À lire aussi: Publication haineuse d'une comédienne de la série «Doute raisonnable»: un message «insultant» et «inacceptable»

«Les policiers sont de plus en plus filmés, critiqués, jugés. Leur travail est de plus en plus exigeant et demande davantage d’habiletés psychosociales. On a le devoir de reconnaître ce métier, mieux le comprendre», a lancé Pierre Brochet, président de l’Association des directeurs de police du Québec et chef de police de Laval.

À l’occasion du lancement d’une campagne provinciale sur la valorisation du travail de policier mercredi, il s’est dit préoccupé par le désengagement policier. 

«On veut que nos policiers lèvent la tête, qu’ils restent fiers de leur métier, qu’ils continuent de travailler fort pour protéger nos citoyens», a indiqué le chef Brochet. 

Ce dernier reconnaît que les policiers peuvent parfois être frileux à intervenir, en raison notamment des critiques et du risque de se retrouver indûment sur la sellette pour leurs actions.

Boulot analysé

«Une intervention qui dure cinq secondes, il peut y avoir cinq instances qui enquêtent, ça va durer des années, on va décortiquer de façon précise tout ce qui est arrivé», a illustré M. Brochet.

Selon lui, il est primordial que les représentants de la loi se sentent appuyés par leur service, et ils doivent surtout continuer à intervenir et interpeller des citoyens.

«On veut éviter que les policiers restent stationnés et attendent des appels», a insisté M. Brochet. 

Ce dernier a aussi tenu à lancer un message à la population afin que le travail des policiers soit davantage reconnu. 

«C’est un métier de plus en plus complexe qui n’est pas toujours apprécié à sa juste valeur», a-t-il déploré.

Il a donné en exemple l’intervention de sauvetage des policiers de Roussillon, le week-end dernier, quand ils ont sorti in extremis un jeune conducteur de sa voiture en feu.

«C’est ça être policier. Ils ne se posent pas de questions et, alors que tout le monde se sauve, eux, ils foncent vers le danger», a salué M. Brochet.

Enjeux importants

Dans le cadre de la campagne de valorisation, des capsules seront partagées sur les réseaux sociaux, abordant différents enjeux comme la violence conjugale, la sécurité routière ou la violence armée.

«Ça amène un climat d’insécurité. Mais on est extrêmement mobilisé, j’ai bon espoir qu’on va reprendre le contrôle», a-t-il assuré, concernant les nombreuses fusillades dans la grande région de Montréal.

La première capsule aura pour sujets les interventions en santé mentale, un autre enjeu «préoccupant», selon M. Brochet.

«On a une augmentation de ces interventions, ce n’est pas facile pour les policiers, ils ont des décisions à prendre, ils interviennent souvent auprès de gens en crise», a-t-il dit. 

Pour le lancement, une dizaine de directeurs de police étaient présents, ainsi que des représentants des principaux syndicats de police du Québec.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.