/qubradio
Navigation

«Apéro piquant»: sexe, drogue et «fashion show» avec Ève Salvail

Coup d'oeil sur cet article

Devenue top-modèle dans les années 1990, «the girl with the dragon tattoo», Ève Salvail était de passage au balado de Richard Martineau et de Sophie Durocher où elle y a fait des révélations surprenantes.

 • À lire aussi: «L'apéro piquant»: la quête d'Annie Brocoli pour se réapproprier son corps

• À lire aussi: «Apéro piquant»: Claude Meunier s’ouvre sur sa relation avec Serge Thériault et sur les mœurs d’autrefois

Dans cet épisode «d’Apéro piquant», elle est notamment revenue sur les côtés sombres de l’industrie de la mode autour de laquelle gravitaient d’odieux personnages comme Harvey Weinstein, qui la considérait comme «one of the boys» et qui lui aurait raconté les abus qu’il commettait sur les femmes qu’il rencontrait dans son bureau et dans les hôtels. 

La mannequin, qui dit être «devenue belle du jour au lendemain», s’est livrée en toute humilité au couple d’animateurs, se confiant sur sa consommation d’alcool et de drogue et la toxicité du milieu qui valorisait la tendance de l’«héroïne chic», à cette époque où le grunge et Nirvana était en top de palmarès.

Alors que son métier consistait à vendre son look, il fallait pour survivre dans ce milieu «un ego extraordinaire et beaucoup de drogues», a-t-elle répondu du tac au tac à Richard et Sophie, insistant sur le fait que les moindres défauts corporels étaient soulignés.

L’insécurité des mannequins

Ève Salvail a grandi à Matane, au Bas-Saint-Laurent, avec le sentiment d’être «le vilain petit canard» de son patelin. Au cours de l’épisode, elle a notamment confié s’être toujours sentie différente, voire dérangeante par son excentricité et par le fait qu’elle ne casait pas dans les normes.

«Quand on est jeunes, à l’école, les filles populaires sont celles qui sont les premières à avoir des seins, nous autres [les mannequins] on est souvent “flat” comme une planche. [...] Moi j’étais vraiment très maladroite pis je n’avais pas de seins. Je n’avais pas de hanches et j’avais l’air d’un petit gars, et j’étais trop grande comparé [aux autres]. Les petits gars n’aiment pas ça quand les filles sont plus grandes qu’eux.»

Selon elle, toutes les mannequins, aussi renommées soient-elles, sont confrontées tôt dans leur vie à ce sentiment d’insécurité, pour ces raisons. Timide de nature, c’est pour se protéger qu’elle a adopté son look emblématique: crâne rasé tatoué d’un dragon, qui faisait dire à Jean-Paul Gauthier qu’elle était à la fois «fragile et violente».

«En dedans, je suis un enfant qui a peur de tout. Pour me protéger, je me mets un look extrêmement fort, et ça marche, les gens sont extrêmement intimidés par ça», a-t-elle dit.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.