/finance/news
Navigation

Les adolescents travaillent de plus en plus jeunes

Coup d'oeil sur cet article

Les adolescents décrochent leur premier emploi de plus en plus jeunes, a constaté dans les dernières semaines le Carrefour jeunesse-emploi Trois-Rivières/MRC des Chenaux, en Mauricie, qui a reçu des demandes plutôt particulières.

«Via notre page Messenger, j’ai reçu dans les dernières semaines deux parents de jeunes de 12 ans, la semaine passée, quelqu’un de 11 ans également, qui voulaient avoir des informations sur comment se trouver un emploi... Ça m’a surpris», a raconté le coordonnateur aux communications du Carrefour jeunesse-emploi de Trois-Rivières/ MRC des Chenaux, Félix Dupont.

Si l’on se fie aux principaux intéressés, la situation n’a rien d’anormal.

Plusieurs élèves de niveau secondaire ont eux-mêmes affirmé qu'ils travaillaient à l’âge de 12 et 13 ans, ou bien leurs frères et sœurs plus jeunes.

Il faut tout de même prendre certaines précautions pour les jeunes travailleurs.

Les accidents de travail chez les mineurs ont augmenté au Québec presque chaque année, passant de 720 en 2017 à 1004 en 2021, selon les données fournies par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Un décès est aussi survenu en 2019 au Saguenay-Lac-Saint-Jean et un autre en 2020 dans la région de Chaudière-Appalaches.

Avant l’âge de 14 ans, les jeunes doivent fournir une autorisation parentale aux employeurs pour pouvoir entrer sur le marché du travail.

Il y a aussi plusieurs règles à respecter et d’autres qui relèvent du gros bon sens.

«Peu importe l’emploi, si l’emploi se termine à 11h, minuit, le jeune de 12 ou 13 ans qui se couche tard, au niveau du transport, il n’a pas accès à la voiture... Je ne sais pas, si un jeune finit à minuit seul dans une place, au niveau de la sécurité, il faut penser à ça aussi», a ajouté M. Dupont.

Bien qu’ils soient plus jeunes, ils savent tout de même négocier. Plusieurs élèves rencontrés par TVA Nouvelles ont affirmé avoir négocié leur salaire et leur horaire.

La situation n’est vraiment pas idéale pour les employeurs, qui doivent faire davantage de concessions pour espérer trouver de la main-d’œuvre.

«En entrevue téléphonique, on se fait poser des questions même avant de les rencontrer, pour leur dire c’est quoi la compagnie, c’est quoi les conditions, les horaires, les salaires bien sûr, etc.», a affirmé le directeur général du Canac à Trois-Rivières, Daniel Vézina.

Les étudiants un peu plus vieux, de leur côté, ont la chance de pouvoir travailler dans leur domaine d’étude.

«C’est une de nos années records de placer les étudiants en stage pour l’été, et les employeurs sont aussi au rendez-vous alors on est vraiment content. On a beaucoup d’étudiants dans des programmes techniques qui, cet été, vont être rémunérés dans leur domaine d’étude», a souligné la coordonnatrice à la direction de la formation continue au Cégep de Trois-Rivières, Pascale Fraser.

«Je reçois, en moyenne, entre 70 et 100 nouvelles offres spécialisées par semaine sur notre plateforme à l’UQTR! J’ai des employeurs qui m’appellent chaque semaine parce qu’ils veulent rencontrer des finissants ou des étudiants en voie de terminer leur diplôme», a ajouté à son tour le conseiller en information professionnelle affilié au Service d’aide à l’emploi à l’Université du Québec à Trois-Rivières, Philippe Compagnon.

Mais ces stages occasionnent bien des ennuis pour les entreprises qui comptent habituellement sur une main-d’œuvre étudiante.

«Normalement, on avait nos étudiants à temps plein l’été, ce qui est moins le cas présentement, [car ils] ont des stages, ils complètent avec nous autres un 15-20h par semaine», a mentionné Daniel Vézina.

«Je ne vois pas comment ça pourrait baisser dans les prochaines années. Il y a de plus en plus de départs à la retraite», s’est questionné M. Compagnon.

Le casse-tête se poursuivra pour les entreprises. Les jeunes travailleurs, eux, auront encore le gros bout du bâton pour un certain temps.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.