/news/education
Navigation

Un nouveau laboratoire sur les femmes dans le sport à l’UL

Un nouveau laboratoire sur les femmes dans le sport à l’UL
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau laboratoire voit le jour à l’Université Laval afin de mieux comprendre et documenter la progression des femmes dans les sports au Québec.

• À lire aussi: Un programme double à TVA Sports pour amorcer la saison de football universitaire  

• À lire aussi: Voici les 20 pires délinquants environnementaux au Québec

• À lire aussi: Quand la pandémie woke rime avec médiocrité

Cette nouvelle unité de recherche sera dirigée par Guylaine Demers, professeure au département d’éducation physique de l’Université Laval et impliquée à l’échelle internationale au niveau de l’équité dans le sport. 

Mme Demers reconnaît qu’il y a eu des progrès à ce chapitre au cours des dernières décennies, mais des barrières demeurent, affirme-t-elle. 

«Ça s’est amélioré, les filles peuvent pratiquer pas mal tous les sports. Mais les filles font encore moins de sport et il y a plus de filles qui abandonnent», indique Mme Demers. 

Au niveau du leadership, la représentation des femmes demeure encore très faible, ajoute-t-elle. Dans les fédérations sportives québécoises, 33 % des postes de direction sont occupés par des femmes, alors qu’elles ne sont que 19 % dans les postes de présidence ou dans les rangs des entraîneurs-chefs. 

«Notre rôle, c’est de comprendre qu’est-ce qu’on peut faire pour que ces chiffres-là bougent», lance-t-elle. Le laboratoire s’intéressera aussi aux enjeux entourant la mixité dans le sport, afin d’identifier les conditions qui permettent d’en faire une expérience positive. 

Cette nouvelle unité de recherche a vu le jour grâce à un financement de 1,25 million $ sur cinq ans du gouvernement provincial. 

«Ce qu’on vient de confirmer, c’est qu’on ne veut pas laisser au hasard le fait que les filles vont peut-être se retrouver dans le milieu sportif. On veut y aller de façon spécifique, de façon probante, pour que le milieu soit représentatif de leurs besoins», a affirmé Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et responsable de la Condition féminine. 

De son côté, la rectrice Sophie D’Amours, a tenu à souligner la contribution de l’Université Laval à «une société plus inclusive». «La progression des filles et des femmes dans le sport est une cause qui nous tient particulièrement à cœur», a-t-elle affirmé. 

Les enjeux entourant le harcèlement psychologique et sexuel dans les milieux sportifs pourront aussi être abordés en partenariat avec d’autres unités de recherche qui s’intéressent plus particulièrement à ces enjeux, a par ailleurs précisé Guylaine Demers. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.