/opinion/blogs/columnists
Navigation

Combien de temps pour rebâtir?

Panthers vs Canadiens
Photo Martin Chevalier Cole Caufield, qui a inscrit un tour du chapeau hier soir, est une des pièces maîtresses du projet de reconstruction du Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

Oubliez les comparaisons avec la terrible saison 1939-1940. Le Canadien vient de connaître la pire saison de sa longue histoire. Il n’y a aucune contradiction qui tienne. Les faits sont accablants. C’est sans appel. 

Le Canadien est la première équipe à terminer au dernier rang dans une Ligue nationale constituée de 32 formations. Derrière l’équipe de première année du Kraken de Seattle et les moribonds Coyotes de l’Arizona. 

Le Tricolore est aussi la quatrième équipe dans les annales de la LNH à rater les séries éliminatoires après avoir participé à la finale de la Coupe Stanley l’année précédente.

Jamais aussi avant cette saison le Tricolore n’avait accordé 300 buts à l’adversaire.

Club voué à l’échec au départ

Oui, il y a eu des impondérables.

Les joueurs ont raté plus de 700 matchs en raison de blessures, de la COVID ou de situations liées à leur vie privée. Il s’agirait d’un sommet historique dans la LNH bien qu’il n’existe pas de record officiel à cet effet.

Mais ça n’explique pas tout.

Il n’y avait pas lieu d’être optimiste avant la saison.

Shea Weber est tombé à la retraite. Pas officiellement, mais quand même. C’est sûr qu’il ne jouera plus.

Sa condition physique ne lui permet plus de jouer du hockey de haute compétition. Il est au bout du rouleau.

Il n’y avait personne pour remplir ses patins.

Carey Price pourrait en arriver là avant longtemps. Ça ferait de grosses jambières à porter.

Pertes non comblées

Continuons.

Phillip Danault et Corey Perry n’ont pas été remplacés adéquatement.

Les Hurricanes de la Caroline ont joué un vilain tour à Marc Bergevin en soumettant une offre de contrat démesurée à Jesperi Kotkaniemi.

Avec ces données en mains, le Canadien pouvait-il obtenir un laissez-passer pour les séries ?

Non.

En sera-t-il l’an prochain ?

Non.

Pour y arriver, il lui faudrait aller chercher quelque chose comme 50 points de plus. 

Car vous aurez remarqué que les huit équipes de l’Est qui seront du prochain tournoi printanier ont toutes franchi le cap des 100 points et qu’aucune d’entre elles ne semble destinée à être délogée du tableau des huit premières au classement la saison prochaine.

Le Canadien a terminé la saison à 45 points du huitième rang.

Un bond de 25 points l’an prochain serait déjà considéré comme une bonne amélioration. Le Tricolore se qualifiera-t-il pour les séries dans deux ans ?

Pense pas.

Dans trois ans ?

On verra.

Pour mieux remonter 

N’ayons pas peur des mots.

Cette organisation est en reconstruction. Pas parce qu’elle l’a cherché, mais par la force des choses, disons-le.

C’est une autre première dans son histoire.

Aux grands maux, donc, les grands moyens.

Ou bien le CH continuait à faire du surplace comme il le fait depuis près de 30 ans ou bien il démolissait toute la maison pour en bâtir une nouvelle au goût du jour.

Le gros travail commence pour Jeff Gorton et Kent Hughes. C’est à eux que reviendra la tâche de faire du Canadien une équipe respectable dans un premier temps et c’est à espérer dominante un jour.

25 millions qui pèsent lourd

L’exercice risque d’être long.

Qu’est-ce que Gorton et Hughes seront en mesure de faire avec les gros contrats que leur a laissés Marc Bergevin ?

Les salaires de Carey Price (10,5 M$), de Shea Weber (7 857 143 M$), de Brendan Gallagher (6,5 M$) et de Jeff Petry (6,25 M$) comptent pour plus de 25 pour cent de la masse salariale.

En ajoutant les salaires de Jonathan Drouin (5,5 M$) et de Paul Byron (3,4 M$), le pourcentage grimpe à 33 pour cent.

Or, on s’entend pour dire que ces six joueurs ne font pas partie de l’avenir du Canadien.

Ça prendrait un Bedard

Le Tricolore aurait grandement besoin d’un joueur générationnel. Le prochain en lice, Connor Bedard, sera disponible au repêchage de l’an prochain. 

C’est le genre de joueur qui rend meilleurs les joueurs autour de lui.

Le Canadien n’a pas eu un premier choix de ce calibre depuis un certain Guy Lafleur.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.