/news/society
Navigation

Le stress pendant une grossesse peut altérer le cerveau du fœtus, selon une étude

Petits pieds de jumeaux
Nastasia Froloff - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Dépression, anxiété et stress accrus pendant la grossesse peuvent altérer le cerveau du fœtus et avoir un impact négatif sur le développement cognitif de l’enfant, a révélé une récente étude. 

• À lire aussi: La santé mentale des entrepreneurs a légèrement diminué en un an

N’étant pas la première sur le sujet, cette étude menée par l’Hôpital National pour enfants de Washington, D.C. met en lumière l’importance des services en santé mentale pour les femmes enceintes. C’est néanmoins la première fois qu’on arrive à démontrer qu’une détresse psychologique pouvait altérer le cerveau du fœtus, a indiqué CTV News dans un article.

Près du quart des femmes enceintes éprouveraient des symptômes liés au stress, en faisant l’un des problèmes les plus courants pendant une grossesse. Les femmes en bonne santé et ayant un statut socio-économique élevé peuvent également être touchées par cela.

«Ce qui est clair, c’est que des interventions précoces pourraient aider les mères à réduire leur stress, ce qui peut avoir un impact positif sur leurs symptômes et donc sur leur bébé longtemps après la naissance», a expliqué l’auteur principale de l’étude, Catherine Limperopoulos qui est cheffe et directrice de l’Institut de développement du cerveau de l’Hôpital National pour enfants.

Afin de mener à terme cette étude, les chercheurs ont d’abord mesuré la déstresse psychologie maternelle entre les semaines 24 et 40. Ensuite, un test neurodéveloppemental du nourrisson a été effectué à 18 mois. Au terme des recherches, ils ont découvert des changements dans le cerveau du fœtus pouvant expliquer certains problèmes de développement observés après la naissance, tels que les problèmes socioémotionnels, l’autorégulation et la difficulté à établir des relations positives.

«De plus, nous avons constaté que le stress maternel prénatal, même s’il n’atteignait pas la gravité d’un trouble mental, était associé à une diminution des performances cognitives du nourrisson», peut-on également lire dans l’étude.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.