/finance/opinion/columnists
Navigation

Des solutions à la catastrophe démographique à nos portes

Men and women of various age illuminated by bright spot light against crowd of people in darkness on background. Concept of diverse focus group. Colorful vector illustration in flat cartoon style.
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous déjà survécu à un accident de voiture ? Ça m’est arrivé, en 2006. La tôle froissée, la voiture pulvérisée, la fumée qui envahit l’habitacle... Je suis chanceux d’être en vie aujourd’hui.

Nous étions trois cégépiens dans une petite voiture, un vendredi soir. Nous fêtions les 18 ans de mon ami Maxime. Un collègue de classe voulait nous montrer ses talents de conducteur. En entendant le bruit de l’accélération, on s’est mis à crier.

Arrête ! Freine ! T’es fou ! On a eu beau lui demander de se calmer, il a continué à fond de train. Ç’a duré deux minutes, deux très longues minutes à foncer tout droit vers un muret de béton. Et puis bang ! Mes amis ont subi de multiples fractures. J’ai eu plus de chance, j’en suis sorti indemne, mais fortement secoué. Un vrai miracle.

On a eu beau hurler au conducteur qu’il nous menait tout droit dans le mur, il ne nous écoutait pas. La musique à fond la caisse, dans sa tête, tout allait pour le mieux. J’en ai toujours voulu à ce jeune écervelé, que je connaissais peu, mais à qui j’avais fait confiance pour me donner un lift.

  • Écoutez la chronique de Yves Daoust au micro de Richard Martineau tous les jours en balado ou en direct à 9h15 via l’app QUB et le site qub.ca :

Démographie

Pourquoi cette histoire ? Parce qu’on a beau crier devant une menace imminente, ceux qui ont les deux mains sur le volant font parfois la sourde d’oreille.

Déjà, en 1986, l’économiste et démographe David K. Foot proclamait haut et fort que le vieillissement de la population mènerait notre société tout droit dans le mur. Dans son ouvrage Entre le boom et l’écho, il décrivait la réalité démographique qui nous plongerait dans une situation de profonds déséquilibres.

La semaine dernière, 36 ans plus tard, Statistique Canada publiait les plus récentes données du recensement en réactivant la sonnette d’alarme. La proportion de Québécois âgés de 65 ans et plus en 2021 dépasse les 20 %, ce qui explique en bonne partie la pénurie de main-d’œuvre.

Selon les démographes, d’ici 2030, cette pénurie va continuer de s’aggraver, avant de se stabiliser vers 2040. Entre-temps, le déficit démographique, que l’on annonce depuis près de quatre décennies, risque de contribuer à un profond ralentissement de notre économie. Le mur approche rapidement et pourtant, on n’a jamais donné le coup de volant qui s’impose. Comment a-t-on pu faire la sourde d’oreille aussi longtemps ?

Solutions

Bref, la catastrophe arrive à 150 km/h, et voici cinq pistes de solutions qui permettraient un dérapage contrôlé.  

  1. On doit rapidement encourager les 60 ans et plus à rester sur le marché du travail. Les gouvernements doivent bonifier les incitatifs fiscaux et augmenter les incitatifs à reporter le revenu de retraite.  
  2. Il est urgent de renforcer les programmes d’épargne-retraite, et ainsi s’assurer que les travailleurs contribuent davantage à leur retraite, sans demander aux jeunes générations de le faire à leur place.  
  3. Les niveaux d’immigration doivent correspondre à nos ambitions. Il faut séduire de jeunes travailleurs, et offrir la résidence permanente à ceux qui s’engagent à pourvoir des postes vacants.  
  4. Construire des logements doit être en tête des priorités, autant dans les centres urbains qu’à l’extérieur. Si on veut accueillir des travailleurs issus de l’immigration, il faut des murs et des toits.  
  5. Le nombre de personnes âgées de plus de 85 ans va tripler au cours des trois prochaines décennies. Soins de longue durée, soins à domicile, soins palliatifs... la facture sera salée. Où irons-nous chercher tout cet argent ? C’est bien d’envoyer des chèques de 500 $ à tout le monde, de bonifier les allocations familiales ou de créer des échappatoires fiscales pour acheter des maisons, mais ça ne fait pas disparaître le mur démographique vers lequel on se dirige. N’en doutez pas, le choc sur les finances publiques sera brutal.    

Il n’est peut-être pas trop tard pour en sortir indemne, mais pour ça, le conducteur doit écouter les hurlements de ses passagers. Et ça, je l’ai appris à mes dépens, parfois, il préfère tout simplement les ignorer.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.