/news/currentevents
Navigation

Un danger public accusé d’avoir happé un policier et fui la scène

Le prévenu de 26 ans accumule les infractions de toutes sortes derrière le volant

FD-COLISSION ENTRE UN MOTARD DE LA SURETE DU QUEBEC ET UN VÉHICULE-MONTREAL-RDP
Photo Agence QMI, Thierry Laforce Le policier a été happé lors d’une opération radar dimanche matin sur l’avenue Armand-Chaput, dans le secteur de Rivière-des-Prairies à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

L’automobiliste accusé d’avoir happé un policier à moto dimanche dans le secteur Rivière-des-Prairies à Montréal est un véritable danger sur les routes qui accumule des milliers de dollars en constats d’infraction.

• À lire aussi: Un policier de la SQ heurté par un automobiliste, alors qu'il tentait d'intercepter un véhicule à Montréal

Vitesse, refus d’obtempérer, conduite sans permis ou pendant une interdiction... Juste dans les deux dernières années, Christopher Desrosiers a écopé de plus de 4000 $ en constats de toutes sortes.

Mais cette fois, le jeune homme de 26 ans devra répondre à des accusations criminelles, qui lui ont valu de comparaître lundi au palais de justice de Montréal.

En plus d’un chef de conduite dangereuse, il devra se défendre de voies de faits graves et armées [son véhicule] contre un policier de la Sûreté du Québec (SQ), d’avoir fui la police, ainsi que d’un délit de fuite causant des lésions.

FD-COLISSION ENTRE UN MOTARD DE LA SURETE DU QUEBEC ET UN VÉHICULE-MONTREAL-RDP
Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Ces crimes seraient survenus dimanche matin, lors d’une opération radar dans l’est de Montréal, quand l’agent Mickael Cherrier aurait tenté d’intercepter le véhicule de Desrosiers.

Selon nos informations, coincé dans un cul-de-sac, Desrosiers aurait effectué un demi-tour et aurait ensuite heurté l’agent avant de prendre la fuite.

L’agent Cherrier a subi de nombreuses fractures tant aux jambes qu’aux côtes, en plus de se faire perforer un poumon, mais il est hors de danger, a fait savoir la police de Montréal.

Plein d’infractions

Desrosiers, de son côté, a été repéré par une policière de la SQ qui n’était pas en devoir et qui l’aurait suivi jusque sur la Rive-Sud de Montréal en attendant les renforts pour l’arrêter, a-t-on appris.

Selon une base de données judiciaire, Desrosiers est un habitué des infractions au Code de la sécurité routière, cumulant plus d’une quarantaine de constats d’infraction. 

Et les interdictions de prendre le volant ne semblent pas avoir un quelconque effet sur lui, puisqu’il a été intercepté trois fois depuis janvier, rien que pour ça. 

En décembre dernier, il avait aussi été arrêté pour avoir refusé de s’immobiliser à la demande d’un policier.

Sa plus récente condamnation pénale remonte au mois dernier, quand il a été condamné pour avoir pris le volant malgré une interdiction.

Métier risqué

La directrice générale de la SQ a pour sa part déploré le crime envers le policier.

«Un événement comme celui-ci nous rappelle à tous ce à quoi nos policiers peuvent être confrontés dans le cadre de leurs fonctions quotidiennes», a lancé Johanne Beausoleil. 

«Lorsqu’un policier est grièvement blessé dans l’exercice de ces fonctions, c’est toute la communauté policière qui est ébranlée», a-t-elle poursuivi.

Celle qui a personnellement communiqué avec l’agent Cherrier lundi s’est dite «fière» du travail effectué «par nos policiers jour après jour». 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.