/sports/hockey
Navigation

Un début de mai comme Guy les aimait

C’est durant le mois de Marie que «Flower» et le CH étaient à leur meilleur

HKN Lafleur Visitation 20220501
Photo The Canadian Press, Ryan Remiorz Les joueurs du Canadien avec en tête de file le capitaine Shea Weber, Paul Byron, Carey Price, Jake Allen, Cole Caufield et Christian Dvorak ont rencontré les membres de la famille de Guy Lafleur hier au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

Le mois de mai a fait hier une entrée en scène comme Guy Lafleur savait le faire. Lumineux, spectaculaire et revigorant pour nos yeux et nos âmes.

• À lire aussi: Là où la légende de Guy Lafleur est née

• À lire aussi: Chapelle ardente: Weber et le Canadien rencontrent la famille de Guy Lafleur

• À lire aussi: Chapelle ardente de Guy Lafleur: des milliers d'admirateurs lui rendent hommage

Mai était probablement le mois préféré de la saison de hockey pour Guy durant ses années de gloire avec le Canadien.

De concert avec ses compagnons d’armes, il veillait à ce que le mois se termine par un défilé de la Coupe Stanley.

Les gens se cordaient par centaines de milliers dans les rues de Montréal pour voir leurs héros de près et leur dire combien ils les aimaient.

Les joueurs étaient chaleureux et festifs. Une bonne bière froide de temps à autre pendant le parcours les aidait à faire descendre la température.

Le gros but

Mais le 10 mai 1979, il s’en est fallu de peu pour que la série de conquêtes consécutives du Canadien s’arrête à trois.

Avec quatre minutes à faire, Rick Middleton a donné les devants 4 à 3 aux méchants Bruins lors du septième match de la demi-finale disputée au Forum.

Ça sentait le roussi !

Avec deux minutes et 34 secondes à jouer, les Bruins ont écopé de cette fameuse pénalité pour avoir eu trop de joueurs sur la glace.

Une minute 20 secondes plus tard, Guy recevait la rondelle de Jacques Lemaire à son entrée dans le territoire des Bruins pour déjouer Gilles Gilbert par un tir frappé typique de sa part.

La rondelle avait des yeux.

Au dernier instant, le disque a bifurqué légèrement devant la jambière de Gilbert pour aller se loger tout juste à l’intérieur du poteau.

Sans ce but, Yves Lambert n’aurait pu voler la vedette à Guy en cette soirée mémorable.

Ambiance respectueuse

C’est avec ce souvenir en tête et quantité d’autres que des milliers de personnes sont allés rendre hommage à Guy, hier au Centre Bell. Ils seront encore nombreux aujourd’hui et demain aux funérailles.

L’ambiance était respectueuse à l’extérieur de l’édifice. Les amateurs parlaient à voix basse et étaient contents de dire ce que Guy représentait pour eux.

Les moins jeunes, ceux qui ont été témoins des exploits de Lafleur, portaient des chandails du Canadien décorés du numéro 10 et du nom de leur idole.

Quelques-uns endossaient le maillot de Maurice Richard, la première personne de la Saint-Trinité du Canadien suivie de Jean Béliveau et de Lafleur.

Signe des temps, les plus jeunes se promenaient avec des chandails de Carey Price et de Cole Caufield.

Guy LafleurGuy Lafleur | 1951-2022
30 mars 1991 - Ovation pour Guy Lafleur lors de son dernier match a vie au Forum dans l'uniforme des Nordiques. Les archives / Le Journal de Montreal
Guy Lafleur durant ses années avec Le Canadien Bruce Bennett Studios via Getty Images
Guy Lafleur André Toto Gingras LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI
Le club de hockey Canadien présente les récipiendaires des prix d’excellence et du mérite Guy-Lafleur pour 2017-2018 CHANTAL POIRIER / LE JOURNAL DE MONTRÉAL
Guy Lafleur lors du dernier match de sa tournée d'adieu au Centre Bell, le dimanche 5 décembre 2010. Sébastien St-Jean / 24Heures / Agence QMI
11 septembre 1971 - À la veille de son premier camp d'entrainement avec le Canadien de Montréal, pour la première fois Guy Lafleur en profite pour donner quelques coups de patin sur la patinoire du Forum. Sur la photo il est en compagnie de Jean Béliveau. Les archives / Le Journal de Montreal
Photo dédicacée de Guy Lafleur dans son uniforme des Remparts de Québec Courtoisie
Guy Lafleur dans le cadre de la soirée du retrait du numéro 4 de Guy Lafleur au Centre Slush Puppie de Gatineau le mercredi 29 septembre 2021 MARTIN CHEVALIER / LE JOURNAL DE MONTRÉAL
Guy Lafleur et sa bannière dans le cadre de la soirée du retrait du numéro 4 de Guy Lafleur au Centre Slush Puppie de Gatineau le mercredi 29 septembre 2021 MARTIN CHEVALIER / LE JOURNAL DE MONTRÉAL
Dernier match de Guy Lafleur avec les Nordiques de Québec, à Montréal le 30 mars 1991 Les archives / Le Journal de Montreal
Sculpture de Guy Lafleur en bronze Les archives / Le Journal de Montreal
Guy Lafleur, Pee-Wee Collection Tournoi Pee-Wee de Québec, Fonds Photo Moderne
Guy Lafleur, Pee-Wee Collection Tournoi Pee-Wee de Québec, Fonds Photo Moderne
Guy Lafleur et les trophée Art Ross, Conn Smythe et Lester B. Pearson, Forum de Montréal, 1976 Denis Brodeur / NHLI via Getty Images
Guy Lafleur, alors membre de Team Canada, signe des autographes durant un entraînement pour la Coupe Canada, Montréal 1976 Denis Brodeur / NHLI via Getty Images
Guy Lafleur et le gardien de but Murray Bannerman #30 des Blackhawks de Chicago, Forum de Montréal 1980 Denis Brodeur / NHLI via Getty Images
Guy Lafleur et le gardien Mike Palmateer des Maple Leafs de Toronto Dick Darrell / Toronto Star via Getty Images
7 mars 1975 - Guy Lafleur devient le premier joueur de toute l'histoire du club Canadiens à atteindre les 100 points en une seule saison Lors d'une victoire de 8 à 4 contre les Capitals de Washington Les archives / Le Journal de Montreal
Guy Lafleur sur le banc durant un match (3) de finale contre les Bruins de Boston, Boston Gardens, 1977 Dick Raphael / Sports Illustrated via Getty Images
Annonce de la première retraite de Guy Lafleur Les Archives / Le Journal de Montréal
La LHJMQ retire le numéro 4 de Guy Lafleur au Centre Videotron de Québec, jeudi le 28 octobre 2021 STEVENS LEBLANC / JOURNAL DE QUÉBEC / AGENCE QMI

Quand on était tous gagnants

Mais tout le monde était là pour Guy, celui qui faisait de nous des gagnants, comme l’a dit François Legault.

Le Canadien était notre fierté, parce que Lafleur, comme les autres grands joueurs québécois qui sont passés avant lui, venait nous chercher au plus profond de nos tripes.

Ils nous faisaient connaître à la face du Canada anglais et de l’Amérique du Nord.

Égal à lui-même jusqu’à la fin

Guy n’était pas un héros parfait comme l’était son maître à penser Jean Béliveau.

Il tenait plus du Rocket. Il livrait le fond de sa pensée, peu importe comment ça pouvait sortir de sa bouche. Il aura été entier jusqu’à la fin.

Son épouse Lise m’a raconté comment ça s’est passé lorsque Guy m’a appelé pour rendre hommage à Mike Bossy, le jour du décès de celui-ci.

« Il lui arrivait d’être confus dans les derniers temps. Mais il avait toutes ses facultés quand il s’est réveillé cette fois-là, m’a-t-elle dit près du cercueil de Guy. « Il tenait à rendre hommage à Mike. »

La dame semblait sereine malgré la grosse perte qu’elle subit.

Sa sœur, son fils Martin et sa conjointe Angela étaient à ses côtés.

Guy vivra à jamais dans leur cœur et dans le nôtre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.