/news/politics
Navigation

3e lien: l’opposition réclame plus de transparence

3e lien: l’opposition réclame plus de transparence
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Si le gouvernement préfère attendre au printemps 2023 avant de rendre des comptes à propos du tunnel Québec–Lévis, «c’est peut-être parce qu’il n’y a rien qui justifie son projet», croit l’ex-ministre des Transports libéral, André Fortin.

• À lire aussi: Contrats pour le tramway: des estimations non fiables

• À lire aussi: Marchand réclame le dossier d’opportunité du 3e lien: Jackie Smith juge que le maire est «trop mou»

«La moindre des choses, avant de se lancer en campagne électorale, c'est que le gouvernement puisse justifier lui-même son projet», a insisté mercredi le député de Pontiac. C'est d'ailleurs ce qu'avait fait le gouvernement précédent, quelques jours avant le début de la campagne électorale, en 2018

Mardi, lors de l’étude des crédits budgétaires – le dernier exercice de reddition de comptes en commission parlementaire avant les élections –, le ministre des Transports a répété que «la prochaine mise à jour (concernant le projet de 3e lien) aura lieu au printemps» prochain, en 2023. 

Au mieux, «d’ici là, on sera sûrement capable de vous donner des infos», a laissé planer François Bonnardel. 

Déçu, M. Fortin a confié au Journal que «son refus de dévoiler quelconque donnée, quelconque étude en dit long sur la façon dont ils font les choses» au gouvernement. 

«La position du ministre elle ne s’explique pas. S’il a des données qui justifient son investissement, qui justifient ses différents choix dans ce dossier-là, qu’il les mette sur la place publique, si ça peut l’aider à vendre son projet», a-t-il souligné. 

«Le maire Marchand demande des études, mais on demande des études depuis quatre ans», a ajouté mercredi la cheffe libérale Dominique Angalde, en dénonçant «toute l’absurdité du projet» de tunnel. 

«Ils en ont honte», croit QS

Le député de Québec solidaire, Sol Zanetti, trouve lui aussi «complètement inacceptable» que la CAQ attende jusqu’au printemps 2023 pour faire le point sur le projet de 3e lien. 

«C’est un manque de transparence, là... C’est hallucinant», a déploré le porte-parole solidaire pour la Capitale-Nationale. 

Selon lui, les élus caquistes se gardent de répondre aux questions sans réponse pour mieux entretenir le «rêve» à l’approche des élections. 

«Tu sais, on se cache, quand on a honte, bien, c'est ça qu'ils font, croit M. Zanetti. Là, en ce moment, ils se cachent puis ils disent: on va vous donner plus d'informations dans un an. C'est vraiment rendu un boulet pour eux autres, puis ils savent que chaque fois qu'ils font une annonce là-dessus, ils se font ridiculiser puis ils perdent des appuis. L'appui au troisième lien n'arrête pas de chuter.» 

Une «bébelle électorale», dit le PQ

Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon a quant à lui qualifié le projet de «bébelle électorale», avec laquelle plus «aucune notion de comptabilité» ne semble d’appliquer, alors que François Legault se vantait de diriger «le parti de la gestion comptable». 

«On est même allé, pour le troisième lien, jusqu'à dire qu'on ferait une pelletée de terre puis ensuite, on déterminerait combien ça va coûter», a relaté le chef du Parti québécois. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.