/finance/business
Navigation

Licenciés en raison de l’invasion de l’Ukraine

Les syndiqués de Blue Solutions à Boucherville se disent victimes «de cette guerre absolument absurde»

Blue Solutions à Boucherville
Photo courtoisie Une quarantaine de travailleurs de l’usine de Blue Solutions du géant français Bolloré, à Boucherville, ont perdu leur emploi le 1er mai dernier en raison de la guerre en Ukraine.

Coup d'oeil sur cet article

Une quarantaine de travailleurs de l’usine de batteries de Blue Solutions du milliardaire français Vincent Bolloré viennent de perdre leur emploi en raison de la guerre en Ukraine, a appris Le Journal.

• À lire aussi: [EN DIRECT] 70 jours de guerre en Ukraine: voici tous les derniers développements

«Plus de 42 travailleurs sur les 108 ont perdu leur emploi parce que les châssis d’autobus faits en Ukraine ne sortent plus de là et n’ont plus besoin de batteries. C’est vraiment une conséquence directe», a indiqué au Journal Marie-Andrée L’Heureux, porte-parole d’Unifor.

«On est vraiment désolés pour nos membres. C’est sûr que l’on ne parle pas de morts ou de blessés, mais c’est encore une énième répercussion de cette guerre absolument absurde», s’est-elle désolée.

Les employés ont appris la nouvelle à la mi-avril et ont cessé de travailler le 1er mai dernier, si l’on se fie à l’avis de licenciement du ministère du Travail.

Hier, Le Journal n’a pas été en mesure d’obtenir plus de détails de Blue Solutions.

L’usine de Blue Solutions fait partie de l’empire du milliardaire français Vincent Bolloré, dont la fortune frôle les 9 milliards de dollars, selon Forbes.

Les installations de la Rive-Sud fabriquent des batteries pour les autobus électriques eCitaro de Mercedes-Benz, comme l’avait souligné Le Journal.

À l’automne 2020, le directeur général de Blue Solutions Canada, Alain Vallée, avait indiqué que toutes les batteries des bus de Daimler, la maison-mère de Mercedes-Benz, sont fabriquées au Québec «à 100 %».

  • Écoutez la chronique de Yves Daoust au micro de Richard Martineau tous les jours en balado ou en direct à 9h15 via l’app QUB et le site qub.ca :

Argent public

En novembre dernier, deux frigos de déchets de batterie de lithium avaient explosé durant la nuit à l’usine de Blue Solutions de Boucherville.

C’est en 2007 que le Groupe Bolloré a mis la main sur l’usine en difficulté Avestor (filiale d’Hydro-Québec et d’Anadarko) pour la rebaptiser Bathium Canada.

En 2009, Bolloré avait investi plus de 120 millions de dollars à l’usine. 

Une année plus tard, Investissement Québec avait octroyé une aide financière non remboursable de 16 millions de dollars et Vincent Bolloré, 40 millions de dollars.

Rencontres de ministres

En novembre dernier, le directeur général de l’usine, Alain Vallée, a rencontré le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, avec d’autres acteurs de la filière des batteries de véhicules électriques.

Au mois d’octobre 2019, le directeur de l’usine de Blue Solutions de Boucherville avait eu la visite du ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.

Jeudi dernier, le ministre a soutenu, lors des études de crédits, que les investissements totaux prévus au départ de sept milliards de dollars dans la filière batterie pourraient maintenant atteindre les 10 milliards de dollars.

– Avec la collaboration de Philippe Langlois


Bolloré est présente dans l’industrie de la logistique et dans le secteur énergétique. Le groupe détient aussi une partie du capital de Vivendi, qui comprend Universal Music Group et la chaîne de télévision Canal +, notamment.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.