/entertainment/tv
Navigation

«Géolocaliser l’amour»: Simon Boulerice se déplace et reçoit

«Géolocaliser l’amour»: Simon Boulerice se déplace et reçoit
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Le prolifique et très occupé Simon Boulerice débarque avec un nouveau projet de fiction pour adulte tiré de son roman poétique «Géolocaliser l’amour», paru en 2016 aux Éditions de Ta Mère. 

Avec la carte du métro de Montréal comme terrain de jeu, «Géolocaliser l’amour» met en scène les conquêtes sexuelles – réelles ou pas – de Simon à l’heure des applications qui ont complètement vidé le Village de l’abondante faune qui s’y rassemblait encore au début des années 2000. Dans le bon vieux temps, on se rendait encore nombreux sur la rue Sainte-Catherine Est, entre Saint-Hubert et le pont Jacques-Cartier pour «rencontrer», mais à quoi bon, maintenant qu’il y a Tinder, Grindr et autres Scruff?

L’auteur de l’excellente série «Six degrés» joue son propre rôle dans ce récit mêlant fiction et autobiographie, plongeant tête première les téléspectateurs dans un monde fait de hauts et de bas. On ne sait pas, au fil des courts épisodes, quelles sont les véritables expériences vécues par Simon, si elles sont le fruit de son imaginaire ou des anecdotes dont il a été témoin. Et c’est bien correct ainsi, surtout si le principal intéressé assume le tout.

Donnant le ton à la série dès les premières minutes, Simon a une relation sexuelle avec le concierge (Éric Cabana) d’une école primaire où il vient de donner une conférence. Il est par la suite humilié par le beau Marc-Antoine (Gabriel Lemire) qui le vire de bord puis change d’idée... avant de l’agresser sexuellement. Tout ça, avec en toile de fond le mystérieux Félix qui, après plusieurs discussions, décide de le «ghoster». Simon se mettra d’ailleurs en tête de débusquer ce gars qui l’a mené en bateau.

L’auteur pimente «Géolocaliser l’amour» de sa poésie, dans une réalisation franchement inspirée de Nicholas Legendre-Duplessis où il y a beaucoup de pas de danse ainsi que de projections montrant les objets de désir de Simon. C’est très vivant, rythmé et divertissant.

En tout, 10 courts rendez-vous sont proposés, montrant notamment de véritables «épisodes» de la vie de Simon, comme son audition pour devenir chroniqueur à «Sucré Salé», son passage au «Tricheur» et une de ses prestations à Cégeps en spectacle.

«Géolocaliser l’amour»: Simon Boulerice se déplace et reçoit
PHOTO COURTOISIE

Immense vide

Toute personne qui a fait usage des applications de rencontre sait qu’elles peuvent bouffer beaucoup de temps et d’énergie. Il est facile de rencontrer par leur entremise. Le problème réside ailleurs, dans l’immense vide pouvant suivre un rapport sexuel rapide. On sent cette solitude, cette lassitude, par moments. Oui, bien sûr, les rencontres de Simon peuvent être amusantes, mais elles peuvent aussi prendre une tournure tristounette ou même carrément dramatique.

«Géolocaliser l’amour» met aussi en vedette Josée Deschênes, Yves Desgâgnés, Jocelyn Lebeau et Luc Senay, pour ne nommer que ceux-là.   

  • Produite par Version 10, la websérie débarque sur l’Extra d’ICI TOU.TV dès jeudi.  
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.