/lifestyle/columnists
Navigation

Quoi faire quand il est trop tard pour demander pardon?

Coup d'oeil sur cet article

Je suis l’un des deux enfants d’un couple qui n’a fait que se déchirer tout le temps qu’il a vécu ensemble. Ma mère, une petite femme nerveuse, qui m’a toujours semblée fragile, a fini par accepter de se séparer de mon père, qui m’avait toujours semblé la tyranniser. J’avais 14 ans et mon frère 16 quand la rupture a eu lieu.

Mon père est allé vivre avec une autre femme. À partir de là, ma mère s’est déchaînée contre lui, sous prétexte qu’il avait cette maîtresse depuis longtemps. Montés par notre mère, mon frère et moi nous avons pris son parti et rejeté notre père. Les années ont passé, et ce dernier n’a jamais pris la peine de renouer avec nous sous prétexte qu’il ne voulait pas interférer entre son ex-femme, qui avait pris la décision d’en faire un être infréquentable, et nous. Du moins c’est ce qu’on entendait dire entre les branches parmi nos proches qui le fréquentaient. Quand ma mère est morte, il y a 15 ans, il est quand même venu au salon funéraire, mais j’ai refusé de lui parler.

Mon frère, poussé par sa femme, qui souhaitait un grand-père pour ses enfants, elle qui n’en avait plus de son côté, a choisi de renouer avec lui. Il a essayé à quelques reprises de me convaincre que notre mère avait inventé cette histoire de maîtresse et que dans le fond, c’était elle qui avait pris la décision de la séparation, mais j’ai refusé de le croire.

Résidant en CHSLD, mon père a été emporté par la COVID-19 il y a un an. Depuis, j’ai appris par des proches que mon frère avait raison et que c’était ma mère la terreur du couple. Elle fabulait et lui avait toujours mené la vie dure. Il aura fallu que je me rende à 65 ans pour accepter de faire face à la vérité. Malheureusement, il était trop tard pour lui demander pardon et je m’en veux à mort. Vais-je passer le reste de mes jours à me torturer pour ça ?

Trompée pour avoir trop aimé sa mère

Personne ne doit s’infliger à soi-même une aussi lourde peine. Vous avez été trompée, mais vous n’êtes pas obligée de vivre avec des conséquences que vous ne méritez pas. Dans la réalité, il est effectivement trop tard pour demander ce pardon dont vous auriez tant besoin pour poursuivre votre route avec plus de sérénité. Mais qu’est-ce qui vous empêche de le faire symboliquement ? Écrivez à votre père tout ce que vous auriez envie de lui dire, et amendez-vous pour ne pas avoir fait la paix avec lui avant son décès. Mettez ce mot dans une enveloppe que vous pourrez aller porter dans son lieu de sépulture ou que vous jetterez au feu quelque part pour que les braises s’envolent dans l’univers. Vous verrez qu’ensuite vous irez en paix, parce que vous le souhaitez sincèrement.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.