/news/education
Navigation

L’enseignement du patin pour tous les élèves du primaire très mal reçu dans le réseau scolaire

L’enseignement du patin pour tous les élèves du primaire très mal reçu dans le réseau scolaire
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

L’enseignement du patin à l’école primaire dans les cours d’éducation physique, recommandé par le comité sur le développement du hockey, suscite une levée de boucliers dans le réseau scolaire.

• À lire aussi - 7 suggestions qui pourraient changer le hockey au Québec

• À lire aussi - Développement du hockey au Québec: 190 pistes pour relancer notre sport national

• À lire aussi - «Un outil de travail incroyable» pour la relance du sport, se réjouit Hockey Québec

«C’est complètement utopique, je ne vois vraiment pas comment on pourrait arriver à faire ça», lance Nicolas Prévost, président de la fédération qui représente la majorité des directions d’école de la province. 

Transporter les élèves vers des patinoires extérieures ou des arénas coûterait «une fortune», alors que d’autres besoins sont beaucoup plus pressants dans le réseau, ajoute-t-il. 

Même son de cloche du côté des centres de services scolaires. «Avant d’envoyer les élèves à l’aréna, il faut d’abord être en mesure de les asseoir dans une classe», affirme Caroline Dupré, présidente-directrice générale de la fédération qui les regroupe, évoquant le manque criant d’espace dans plusieurs écoles. 

Pour les professeurs d’éducation physique, il s’agit par ailleurs d’une attaque en règle contre leur autonomie professionnelle. 

Les programmes d’éducation physique prévoient le développement de compétences bien précises, mais il revient à chaque enseignant de décider quels sports ou activités doivent être pratiqués pour y parvenir. 

«Imposer des sports obligatoires, comme le patin, ça ne respecte pas l’autonomie et l’expertise des profs», selon Véronique Marchand, directrice générale de la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec. 

Elle y voit d’ailleurs une contradiction avec les recommandations du comité sur le développement du hockey, axées sur le plaisir plutôt que la performance. «On veut se baser sur le plaisir, mais il n’y a rien de pire que d’enfoncer un sport dans la gorge», ajoute-t-elle. 

Ce ne sont d’ailleurs pas tous les professeurs qui ont les habiletés pour enseigner le patin, fait-elle remarquer. 

Le déplacement vers une patinoire ou un aréna – lorsque ces infrastructures sont accessibles – priverait aussi les élèves de précieuses minutes d’enseignement. 

Des cours gratuits le samedi?

D’autres avenues pourraient toutefois être envisagées pour rendre la pratique du hockey plus accessible à tous les petits Québécois. 

Des cours de patinage gratuits pourraient par exemple être offerts tous les samedis matin, avance Mme Marchand. 

Les réticences sont aussi grandes dans les rangs des syndicats d’enseignants. «C’est comme si les enfants au Québec n’avaient pas de parents... Pourquoi tout doit toujours reposer sur l’école? Et pourquoi le patin serait plus important que le soccer ou le basketball?» lance Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l’enseignement. 

De son côté, la Fédération des syndicats de l’enseignement réclame depuis des années une vision plus large de ce qui est enseigné à l’école plutôt que des ajouts à la pièce, comme ce fut le cas récemment avec l’éducation à la sexualité. 

Au cabinet du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, on a refusé de réagir à cette proposition, nous adressant plutôt à la ministre Isabelle Charest, responsable du dossier. 

Au cabinet de Mme Charest, on indique vouloir prendre le temps d’analyser ces recommandations et d’élargir les discussions avant de prendre position. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.