/news/cannabis
Navigation

Marijuana contaminée: une surdose d’opioïdes avec du pot

La marijuana achetée illégalement était contaminée et aurait provoqué un arrêt respiratoire à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Du cannabis contaminé aux opioïdes et pouvant causer la mort circulerait à Montréal. La Santé publique et des experts sont très préoccupés après une surdose et l’arrêt respiratoire d’une victime. 

• À lire aussi: Un trafiquant libéré parce que le chien dépisteur a mangé une partie de la drogue saisie

• À lire aussi: Laurentides: perquisitions et arrestations en lien avec le trafic de drogue

Selon la Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP), la personne présentait des signes et symptômes d’une surdose d’opioïdes avec arrêt respiratoire. Elle a dû recevoir plusieurs doses de naloxone, un antidote, et a été hospitalisée.

L’événement s’est produit après que du pot illégal vendu au marché noir sous forme de cocotte de couleur verdâtre/brunâtre ait été fumé. 

« Il est possible que le cannabis de rue en circulation soit contaminé avec des opioïdes. Les opioïdes sont associés à des risques élevés de décès surtout chez des consommateurs qui pourraient être exposés à leur insu », a indiqué vendredi dans un communiqué la DRSP, qui a déclenché une enquête.

Toujours un risque

« Je cours toujours un risque quand j’achète sur un marché illicite. Je ne peux pas faire confiance à mon pusher, il ne sait pas plus ce qu’il y a dans la substance que j’achète », illustre la directrice générale du Centre québécois de lutte aux dépendances, Anne Elizabeth Lapointe.

Il s’agit d’un cas exceptionnel, ajoute le professeur en inadaptation psychosociale et toxicomanie à l’Université de Montréal Jean-Sébastien Fallu. 

« C’est très bien documenté qu’il y a [de la marijuana] contaminée, pas aux opioïdes, mais par exemple avec de la moisissure, des engrais chimiques en grande quantité, des métaux lourds, des insecticides », énumère-t-il.

Néanmoins, selon l’Enquête québécoise sur le cannabis 2021, la proportion de consommateurs se procurant du pot auprès d’un fournisseur illégal est passée de 32 % en 2018, à 11 % l’an dernier.

Du stock inquiétant

Il n’en demeure pas moins que les dernières semaines ont soulevé des inquiétudes chez les intervenants. 

Fin avril, la Santé publique montréalaise prévenait que du fentanyl pouvait se trouver dans le crack. Plus récemment, Le Journal rapportait que de la cocaïne coupée avec des cathinones, aussi appelées « sels de bain », circulait depuis quelques semaines dans la métropole québécoise.

Plus d’encadrement exigé

Il s’agit d’un rappel de l’importance de mieux encadrer ces substances en les légalisant et assurant un approvisionnement plus sécuritaire, insiste M. Fallu.

Pour Mme Lapointe, aussi directrice générale de la Maison Jean Lapointe, plus d’outils doivent être disponibles pour tester les drogues avant de les consommer. 

« Plus que jamais, il faut faire attention », fait-elle valoir.

- Avec l’Agence QMI

Les symptômes d’une surdose d’opioïdes    

  • Somnolence importante  
  • Ronflements  
  • Myosis (pupilles contractées)  
  • Difficultés respiratoires  
  • Cyanose (lèvres et ongles bleutés)    

Ces symptômes sont susceptibles d’évoluer vers un arrêt cardio-respiratoire. 

Source : Direction régionale de santé publique de Montréal

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.