/lifestyle/books
Navigation

De la noirceur à la lumière

0507 WE En mode lecture
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Écrite dans les années 1980, la série Blackwater n’avait encore jamais été traduite en français. Alors maintenant que c’est chose faite, autant en profiter !

Bienvenue à Perdido, en Alabama. Ou du moins à ce qu’il en reste. En 1919, juste avant les fêtes de Pâques, la crue a en effet noyé la ville sous plus de cinq mètres d’eau bourbeuse infestée de serpents et de sangsues. Heureusement, ses quelque 1200 habitants ont pu être évacués à temps et en principe, il ne reste plus personne dans les bâtiments de son tout petit centre-ville.

Quatre jours après que les rivières Perdido et Blackwater aient quitté leur lit, Oscar Caskey demandera quand même à l’un de ses employés de l’y amener afin d’en avoir le cœur net. Une bonne chose puisqu’en passant en canot devant l’hôtel Osceola, il apercevra une jolie jeune femme à la fenêtre du dernier étage.

Sauvées des eaux

Rapidement secourue, Elinor Dammert sera aussitôt conduite à l’église baptiste où les trois familles les plus riches de Perdido ont trouvé refuge. Toutes ont fait fortune dans le bois de charpente et toutes possèdent une scierie et des entrepôts... désormais submergés. Mais ce n’est pas pour y travailler qu’Elinor a traversé l’État. Elle espère plutôt obtenir un poste d’enseignante à l’école, ce que les Caskey pourraient facilement lui offrir. Seul bémol ? La dame est indiscutablement très étrange.

Un beau plaisir de lecture qui comporte six tomes. La crue et La digue, le deuxième tome, sont présentement en librairie. Pour la suite, il va falloir attendre l’arrivée des beaux jours : La maison et La guerre sortiront le 7 juin, tandis que La fortune et La pluie paraîtront le 5 juillet.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE 

0507 WE En mode lecture
Photo courtoisie

Les résistantes

Même si on pense en savoir beaucoup sur l’Holocauste, il reste encore un volet qui, jusqu’à présent, a été assez peu couvert : celui de toutes ces Juives qui ont refusé de se laisser faire dans les ghettos polonais. Ce récit, qui se base sur des recherches approfondies, explique comment elles ont convoyé des armes, fabriqué de faux documents d’identité ou usé de leur charme pour tuer des nazis. En passant, il sera bientôt porté au grand écran par Steven Spielberg. 

Eugène et moi

0507 WE En mode lecture
Photo courtoisie

Lorsqu’elle avait 20 ans, la romancière française Katherine Pancol a aperçu la pétulante Eugène sur une banquette, à l’aéroport d’Orly. Et tout de suite, elle a voulu se rapprocher d’elle. Ce qu’elle fera peu après à bord de l’avion qui les déposera à Mexico. Une jolie histoire d’amitié entre deux femmes très différentes l’une de l’autre, ici racontée dans une édition illustrée.

Le guide de la gentlewoman

0507 WE En mode lecture
Photo courtoisie

Vanessa Seward, qui est créatrice de mode, a travaillé pendant des années chez Chanel, chez Yves Saint Laurent et chez Loris Azzaro. Aujourd’hui à la tête de sa propre marque de prêt-à-porter, elle se dévoile beaucoup à travers ce livre. Présentée sous forme d’abécédaire, elle y donne toutes sortes de conseils pour montrer aux femmes comment devenir des gentlewomans pleines de charme.

Ma fabrique à épices

0507 WE En mode lecture
Photo courtoisie

À la recherche d’une chouette idée-cadeau pour la fête des Mères ? Ce coffret, qui comprend six délicats contenants en verre, un support en bois, un mortier, un pilon, un entonnoir et un tout petit livre de recettes, sort vraiment de l’ordinaire. Il permet de réaliser ses propres combinaisons d’épices et de découvrir plein de nouvelles saveurs : zaatar, dukkah, gomasio, mélange japonais, mélange scandinave, etc.

Frissons garantis 

0507 WE En mode lecture
Photo courtoisie

Le trou

Même si on n’a pas lu les trois précédents opus de la série Freyja et Huldar (à savoir ADN, Succion et Absolution), on n’aura aucun mal à suivre cette nouvelle intrigue qui, du reste, commence comme quantité d’autres polars : avec le meurtre de quelqu’un. Ici, ce sera celui d’un certain Helgi et il sera plutôt spectaculaire, puisque ledit Helgi sera pendu entre deux rochers faisant face à la mer et à la résidence officielle du président d’Islande. Ce qui obligera d’ailleurs les flics à décrocher rapidement le corps, une réception organisée en l’honneur d’un ministre chinois de passage à Reykjavik devant avoir lieu sous peu.

Sans parents

Pendant que le policier Huldar sera appelé à enquêter sur cette étrange affaire de pendaison, Freyja, qui est psychologue à la Maison des enfants et affectée à temps partiel au service municipal de la Protection de l’enfance, devra quant à elle essayer de comprendre pourquoi un petit garçon de quatre ans a été laissé seul dans l’appartement luxueux d’un inconnu. Enfin pas si inconnu que ça, car il apparaîtra que le propriétaire des lieux aurait été nul autre que Helgi.

Le lien entre l’enfant et l’homme assassiné ? Alors là, ne comptez pas sur nous pour en dire plus. Mais l’histoire est relativement bonne et on a bien aimé la jeune stagiaire que la brigade criminelle doit désormais supporter !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.