/lifestyle/columnists
Navigation

Vivre à deux sans sexe, est-ce possible?

Coup d'oeil sur cet article

J’ai 80 ans mais je ne fais pas mon âge. J’ai toujours gardé le cœur jeune et j’aime les fêtes. Je me suis installée dans une résidence de retraités, un an après le décès de mon mari dont je me suis occupé jusqu’à la fin de sa vie. Il était pas mal plus âgé que moi, et le Parkinson qui l’a emporté a rendu les dix dernières années de son existence bien pénibles, pour lui comme pour moi. En fait, sa vie s’était arrêtée bien avant qu’il ne meure. Ce qui fait que mes dernières années de femme mariée furent dénuées de vie intime avec mon mari, même si d’une certaine façon, j’étais totalement impliquée dans son intimité.

J’ai toujours aimé la compagnie des hommes. Pour être franche, je la préfère à celle des femmes, que je trouve trop compliquées pour rien. Quand je suis arrivée dans cette résidence il y a trois ans, il y avait une majorité de gens en couple. Mais au fil du temps, plusieurs mâles étant décédés, on s’est retrouvé avec une majorité de femmes. Ce qui a créé bien entendu un certain nombre de prises de bec.

Heureusement, le dernier décès en date est celui d’une femme. Pas besoin de vous dire que son veuf fut l’objet de bien des convoitises chez la gent féminine. C’est heureusement moi qu’il a élue comme sa préférée. Bien sûr pour ne heurter personne, on a pris notre temps avant de se dévoiler au grand jour. C’est fait depuis quelques semaines, même si chacun de notre côté on a décidé de garder notre appartement, pour ne pas avoir l’air de précipiter les choses aux yeux des autres, mais surtout de ses enfants à lui.

C’est un homme charmant dont j’avais toujours apprécié le savoir-vivre. Et sur ce plan, il est parfait. C’est sur un autre plan qu’il me déçoit, et sur lequel j’aimerais avoir votre avis avant de m’engager plus avant avec lui. Dès nos premiers moments d’intimité, il m’a fait une énorme confidence. À savoir qu’il n’avait plus de vie sexuelle avec sa femme depuis plusieurs années. Un peu à cause de sa femme qui n’était pas très portée sur la chose, mais beaucoup à cause de lui, puisqu’il n’a plus d’érection depuis une opération du cœur il y a dix ans.

Ça m’a donné un choc d’apprendre ça. Moi qui suis en sevrage de sexualité depuis si longtemps, je me voyais bien m’y remettre pour les quelques années qu’il me reste à vivre, vu que j’ai toujours aimé ça. Mais je ne sais pas trop comment aborder le sujet avec lui. Je me demande s’il me dit la vérité sur son état de santé ou si c’est juste une façon de me faire savoir que le sexe ne lui dit rien? En même temps je ne veux pas trop insister, vu que je ne suis pas la seule qui se cherche un compagnon dans la résidence, et que je risque de le perdre s’il me juge insistante. Votre réponse m’aiderait certainement à me faire une idée.

Anxieuse de savoir la vérité

Ce n’est certainement pas moi qui ne connaît pas ce monsieur qui pourra vous la dire la vérité. La seule question à vous poser à vous même, si vous n’avez pas le courage de lui demander à lui s’il aime ou pas le sexe c’est : vous plaît-il assez pour entretenir une relation avec lui, quelle que soit la réponse qu’il pourrait vous donner? 

Entre vous et moi, il y a bien d’autres façons de se satisfaire sexuellement à deux autrement que par la pénétration. Mais de ça aussi il faudrait avoir le courage de parler avec lui pour savoir ce qu’il en pense. À vous de mesurer votre degré d’ouverture à le faire, car après tout, il s’agit e votre vie et de votre bien-être.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.