/news/society
Navigation

Des mamans qui sont prêtes à tout

Des Québécoises ont décidé de prendre en main leur avenir pour leur bien et celui de leurs enfants

Fête des mères
Photo Chantal Poirier Selena Colon, 23 ans, a pris son avenir en main pour offrir le meilleur à son fils Lyandro, 18 mois.

Coup d'oeil sur cet article

Enfants de la DPJ, endettement, déscolarisation : des mamans au parcours de vie difficile méritent d’être bien célébrées aujourd’hui, elles qui font tout pour s’offrir un avenir meilleur, ainsi qu’à leurs enfants.

• À lire aussi: Enfin, une fête des Mères bien achalandée

« Je veux pouvoir donner à mon fils ce que moi je n’ai pas eu, enfant. J’ai grandi dans les centres jeunesse, je n’ai pas d’encadrement depuis que je suis petite, je n’ai pas eu de choix dans la vie, alors maintenant, je lui offre ça : du choix et un avenir meilleur », confie Selena Colon, une jeune maman de 23 ans, en posant affectueusement le regard sur son fils de 18 mois, Lyandro.

Avec son bambin, elle vit depuis un an dans l’un des 30 logements à loyer modique, équivalant à 25 % du revenu, offerts par l’organisme montréalais Mères avec pouvoir (MAP). Celui-ci permet depuis 20 ans de redonner aux mères monoparentales la possibilité de prendre leur avenir en main en retournant sur les bancs de l’école et de leur offrir une place dans le centre de la petite enfance (CPE) adjacent au complexe de logements, notamment, explique la directrice générale, Valérie Larouche.

Réaliser son projet

Pour Mme Colon, dont l’arrivée de son petit garçon au caractère bien affirmé n’a pas été de tout repos entre une grossesse non attendue et une naissance prématurée, l’organisme lui a permis de prendre un chemin différent de celui qui lui était destiné.

« Ici, avec l’encadrement des autres mamans, de l’équipe d’intervenantes et la possibilité de me concentrer à finir mon secondaire et travailler, je sais que je ne peux offrir que le meilleur à Lyandro », soutient-elle.

Jenifer Dubé et sa petite Angelica, 4 ans, vivent depuis trois ans à Mères avec pouvoir.
Photo Chantal Poirier
Jenifer Dubé et sa petite Angelica, 4 ans, vivent depuis trois ans à Mères avec pouvoir.

Comme elle, Megan Archambault, 22 ans, et Jenifer Dubé, 28 ans, ont pu reprendre leurs études à temps plein depuis qu’elles ont eu une place chez MAP.

« C’est sûr que déjà, financièrement, ça m’aide. Depuis que je suis ici, je n’ai plus de dettes et je suis capable d’économiser. Mais aussi, j’ai pu retourner à l’école et je suis tombée en amour avec l’histoire de l’art », explique Mme Dubé, maman d’Angelica, 4 ans, et qui vient d’obtenir son baccalauréat. 

Elle commencera prochainement une maîtrise dans ce domaine.

Changements positifs

De son côté, Mme Archambault se réjouit d’avoir pu finir ses études secondaires et commencer un programme professionnel en soins infirmiers, tout en élevant Keaden, 2 ans.

« Je vois tellement de changement positif en moi, mais aussi dans mon fils grâce au CPE, depuis que je suis là, et ça ne fait qu’un an ! On s’épanouit et on grandit tous les deux, et j’avance autant pour mon avenir que pour ma personne », lance la jeune femme épanouie.

Malgré une liste d’attente de près de deux ans, les mamans qui reçoivent l’aide de l’organisme peuvent rester de trois à cinq ans, avec des tout-petits de 0 à 5 ans.

Megan Archambault, 22 ans, a pu finir son secondaire et commencer un programme d’études professionnelles en soins infirmiers.
Photo Chantal Poirier
Megan Archambault, 22 ans, a pu finir son secondaire et commencer un programme d’études professionnelles en soins infirmiers.

« C’est vraiment un endroit où les femmes et les enfants peuvent s’ouvrir, s’épanouir, se découvrir. Elles viennent avec leur propre projet et peuvent partager entre elles et se soutenir », explique la directrice, Valérie Larouche.

La tête haute

Pour Selena, Megan et Jenifer, leur arrivée chez Mères avec pouvoir a vraiment changé leur vie.

« Quand on sort d’ici, on sort la tête haute et droite. On est fière de ce qu’on a réussi à faire et heureuse de montrer à nos enfants que l’on peut tout faire », ajoute Selena Colon.   

  • Mères avec pouvoir, qui a lancé une campagne de sociofinancement pour ses 20 ans, souhaite étendre son projet et ouvrir 50 nouvelles places.  
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.