/lifestyle/psycho
Navigation

Faire de l’hypersensibilité une force

Fabrice Midal
Photo courtoisie, Gilles Bassignac

Coup d'oeil sur cet article

Quand il a pris conscience de son hypersensibilité, il y a une dizaine d’années, le philosophe et écrivain à succès Fabrice Midal a cherché à la définir et à apprendre à vivre en harmonie avec sa réalité. Il est aujourd’hui convaincu que c’est un don, une chance, et il invite les gens à découvrir et bien vivre avec cette particularité dans son nouveau livre, Suis-je hypersensible ?, paru chez Édito.

Dans ce livre fort intéressant, Fabrice- Midal mène une enquête personnelle et historique sur la vraie nature de ce trait de caractère. Il a interviewé des dizaines de spécialistes de diverses disciplines et s’est appuyé sur les plus récentes découvertes scientifiques à ce sujet pour mieux comprendre les rouages de l’hypersensibilité. 

Mieux encore : il donne des clefs concrètes pour l’apprivoiser. Ce qui sera intéressant à appliquer si vous vous sentez bousculé par un trop-plein d’émotions, différent, incapable de jouer le jeu social. Et si vous vous sentez coupable de ne pas être zen, calme et raisonnable. L’auteur est d’avis que l’hypersensibilité peut être un véritable cadeau, un pouvoir méconnu qui peut être très utile, au lieu d’être un fardeau à traîner.

Il a eu envie d’écrire sur le sujet quand il a découvert qu’il était hypersensible. 

« Cela a tellement changé ma vie ! M’a tellement aidé à me comprendre, à cesser de m’en vouloir. Je me suis fait la promesse de partager ce trésor avec d’autres... et je me suis alors engagé dans une grande enquête pour comprendre les secrets du cerveau d’un hypersensible. Après cinq ans de travail, le livre est né ! », explique-t-il par courriel.

30 % de la population

Depuis qu’il a entrepris des recherches sur le sujet, Fabrice Midal a découvert qu’il était loin d’être le seul à vivre cela. 

« Près de 30 % de la population est hypersensible. Et l’on trouve aussi des formes d’hypersensibilité chez certains animaux, comme les grands singes ! C’est une caractéristique qui a un sens profond pour l’équilibre de toute communauté ! Sans hypersensibles, aucune société ne pourrait survivre aux divers dangers. Car les hypersensibles perçoivent ce que les autres ne perçoivent pas encore. ! Un danger, une nouvelle possibilité ! »

L’hypersensibilité peut facilement être jugée et considérée comme un défaut, mais il se trouve que c’est une qualité immense. 

« Un hypersensible a la capacité de sentir des choses que d’autres ne sentent pas, ne perçoivent pas. Cela fait d’eux des êtres précieux dans tous les domaines. Un médecin, un cuisinier hypersensible seront évidemment particulièrement pertinents ! » observe-t‐il. « Les hypersensibles ont aussi une grande capacité à être empathiques et à favoriser la paix, les rencontres, l’harmonie ! Il en faudrait un peu plus ! Notre monde irait mieux ! »

Empathie

Néanmoins, l’hypersensibilité n’est pas nécessairement facile à vivre, et encore aujourd’hui, certaines situations lui donnent du fil à retordre, entre autres, le fait d’être parfois submergé par son empathie. « La souffrance de l’autre me bouleverse. J’apprends à accepter d’être au fond humain et à accueillir ma vulnérabilité. »

Fait étonnant, le spécialiste de la méditation est d’avis que la pratique de la pleine conscience est « tout à fait néfaste aux hypersensibles ». 

Il précise pourquoi. « Dire à un hypersensible qu’il doit se calmer, se concentrer, faire le vide dans sa tête, tout cela me semble non seulement impossible, mais très culpabilisant ! Je crois que la pleine conscience a été inventée par des gens qui ne sont pas du tout hypersensibles. Je propose d’autres pratiques beaucoup plus efficaces et précieuses pour les hypersensibles. Non pas essayer d’être calme ou zen, mais apprendre à entrer en rapport avec ce qu’on vit, avec tendresse, chaleur, écoute... C’est même un de mes engagements : proposer des méditations adaptées. »

  • Fabrice Midal est philosophe et écrivain.
  • Il est l’un des principaux enseignants de la méditation en France.
  • Il a fondé l’École occidentale de méditation, qui possède une antenne à Montréal.
  • Il a publié de nombreux best-sellers, dont Foutez-vous la paix !, Sauvez votre peau ! et Comment rester serein quand tout s’effondre, des ouvrages qui sont traduits dans le monde entier.
  • Il prépare en ce moment un cours en visioconférence sur l’hypersensibilité. « Je me suis pris de passion pour ce mode de transmission, où en quelques séances je peux partager une autre approche de l’hypersensibilité. » 
  • Voici le lien : https://cours.fabricemidal.com/hypersensibilite

EXTRAIT

Fabrice Midal
Photo courtoisie

« Je suis longtemps resté un être sans bouclier, sans filtre ni protection face au monde extérieur. Un écorché vif sur qui le moindre incident avait un impact frontal, capable de ressentir une jubilation intense, une montée d’adrénaline devant un mot, d’être bouleversé affectivement, cognitivement, sensiblement, émotionnellement par une idée. Adulte, j’ai cru me construire une seconde peau à défaut d’une carapace. Néanmoins, j’ai continué à me sentir comme un homard jeté dans l’eau bouillante. C’était avant que je prenne conscience de mon hypersensibilité. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.