/news/society
Navigation

La manifestation du Pain et des Forêts: des femmes mobilisées «pour nos enfants»

Coup d'oeil sur cet article

Des milliers de femmes ont profité de la fête des Mères pour prendre d’assaut les rues de Québec dans l’espoir d’obtenir un avenir plus vert et plus équitable pour leurs enfants.

• À lire aussi: Séparées depuis 80 ans : des retrouvailles mère-fille touchantes

« Les mères sont tannées d’être en colère en solitaires, donc on se regroupe pour être en colère ensemble. Ce qui nous relie, c’est l’amour et l’inquiétude qu’on a pour nos petits », indique Anaïs Barbeau-Lavalette, co-instigatrice du mouvement Mères au front. 

Vers midi, l’imposante foule agglutinée au parc du Musée a entamé une marche d’un peu plus d’un kilomètre sur la Grande Allée, vers l’Assemblée nationale. 

Rassemblées à l’occasion de la mobilisation Du pain et des forêts, des milliers de mamans – et de papas – ont demandé au gouvernement de protéger « leurs enfants de l’augmentation des inégalités sociales [notamment liées aux places en garderie] et de la dégradation des écosystèmes ». 

Une foule impressionnante de quelques milliers de parents a marché sur la Grande Allée, dimanche.
Photo Didier Debusschère
Une foule impressionnante de quelques milliers de parents a marché sur la Grande Allée, dimanche.

« François Legault, dormez-vous ? Dormez-vous ? », a chanté le cortège, sur l’air de la comptine pour enfants Frère Jacques, mené par une banderole indiquant « Pour nos enfants ». 

Plus de places 

L’une des revendications phares de la mobilisation est de pouvoir assurer une place en garderie abordable et de qualité pour chaque enfant, indique Myriam Lapointe-Gagnon, du mouvement Ma place au travail.

Il s’agit d’une situation particulièrement difficile pour les mères qui doivent souvent mettre sur pause leur carrière professionnelle pour s’occuper de leur nouveau-né.

« On n’a trouvé aucune garderie pendant 19 mois, alors je travaillais une quinzaine d’heures par semaine, quand mon garçon dormait ou le soir, pour survivre », témoigne Marylin Dion, une jeune maman de deux enfants.

« Je n’avais pas le choix d’amener un revenu supplémentaire à la maison, on ne pouvait pas seulement être dépendant du revenu de mon conjoint », ajoute-t-elle. 

On demande également au premier ministre Legault d’adopter une loi-cadre qui « obligera le gouvernement à passer toutes ses décisions au crible de leurs impacts sur l’environnement et l’équité sociale ».

Un avenir sain

« À notre niveau, on arrive pas mal au bout de ce qu’on peut faire. Un moment donné, on a besoin d’une volonté politique pour que les choses bougent », estime Stéphanie Couture, une mère de famille qui participait à la manifestation.

Un constat que partage Mme Barbeau-Lavalette, de Mères au front, qui demande au gouvernement de prendre des décisions « à la hauteur de la catastrophe climatique qui nous guette [...] pour l’avenir de nos enfants ».

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.