/sports/others
Navigation

Trois tendances qui font rouler

Vélo 8 mai
Photo courtoisie, Mathieu Performance / SCOTT All-road

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois roulent plus que jamais, attirés par la montagne, conquis par l’assistance électrique et de plus en plus pressés de devancer la saison au volant d’un all-road. 

Le vélo à assistance électrique (VAE) maintient sa cadence, et son raffinement évolue au même rythme que sa popularité, répondant aux besoins variés de sa clientèle qui est tout aussi diversifiée. 

« De plus en plus, les gens recherchent un VAE léger, dont le poids se rapproche de celui d’un vélo ordinaire. Un vélo doté d’un moteur discret, qui offre la possibilité d’utiliser l’assistance électrique sur demande », affirme Philippe Desgagnés, directeur général de la boutique Mathieu Performance. 

Électrique
Photo courtoisie, Mathieu Performance / Giant
Électrique

Le cadre en carbone est d’ailleurs de plus en plus utilisé, en raison de la légèreté et du confort qu’il procure. M. Desgagnés mentionne aussi que tous les types de vélos ont désormais leur pendant à assistance électrique, dont le vélo de montagne, le vélo de gravelle et même les modèles pliants. 

« Le vélo électrique ne remplace pas toujours une voiture, mais dans bien des cas, oui », souligne Jacques Sennéchael, rédacteur en chef du magazine Vélo Mag, réduisant ainsi les soucis liés aux stationnements et aux embouteillages. 

« Le seul obstacle que le VAE ne dépasse pas, c’est la météo. Même le relief et la longueur du parcours, puis la crainte d’arriver en sueur et sans énergie au travail ne sont pas des problèmes », soutient M. Sennéchael. 

Suivre nos amis en randonnée sans tirer de l’arrière, pédaler sans faire ressortir d’anciennes douleurs, prolonger ses sorties sans avoir peur de manquer d’énergie au retour, comptent aussi parmi les avantages du VAE. 

Popularité en hausse

Le vélo de montagne gagne de plus en plus d’adeptes depuis quelques années, puis « est devenu une discipline familiale », constate M. Sennéchael. 

Montagne
Photo courtoisie, Mathieu Performance / Julianna
Montagne

L’arrivée de l’Enduro qui séduit plusieurs cyclistes, de même que l’expertise développée dans la construction de sentiers dépourvus de racines et de roches, ainsi que la venue du vélo à assistance électrique expliquent en partie l’ascension de ce sport, selon Alexandre Lemerise, coordonnateur au vélo de montagne pour le Mont-Sainte-Anne. 

« Les pistes se sont diversifiées, ce qui justifie qu’il y ait des options plus variées de vélos de montagne et plus juste des vélos de cross country », indique M. Desgagnés, en précisant que les vélos sont de plus en plus gros. Certains présentent deux grosseurs de roues différentes (MX Wheel), c’est-à-dire une 29 pouces à l’avant pour « sa rapidité et sa capacité à traverser des obstacles aisément » ainsi qu’une 27,5 pouces à l’arrière, « pour plus de nervosité ». 

Arrivée du modèle All-road 

Depuis la saison dernière, une nouvelle catégorie de bicyclettes circule sur la chaussée, même lorsque celle-ci est jonchée de cailloux, de nids de poule ou qu’elle fait place à de la poussière de pierre. 

Il s’agit du all-road, un vélo de route de performance plus polyvalent, en raison notamment d’une combinaison de roues et de pneumatiques un peu plus larges, d’angles de fourche plus ouverts, puis d’un plus grand dégagement au niveau de la roue arrière, souligne M. Desgagnés. Ainsi, les mordus de vélo de route peuvent commencer leur saison plus tôt, même lorsque les conditions de la chaussée ne sont pas optimales. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.