/news/education
Navigation

Les maternelles 4 ans, pas meilleures que les CPE

Une nouvelle étude comparative ne montre pas de différence significative

maternelles 4 ans
Photo d'archives, Chantal Poirier Des enfants dans une maternelle 4 ans à l’école Saint-Noël-Chabanel en 2019.

Coup d'oeil sur cet article

La qualité des services éducatifs en maternelle 4 ans n’est pas plus élevée que dans des CPE, conclut la toute première étude québécoise qui permet de comparer directement les deux formules.

• À lire aussi: Écoles primaires: l’anglais intensif ne nuit pas au français écrit

« Il y a vraiment peu de différences significatives entre les maternelles 4 ans et les CPE au niveau de la qualité des interactions », affirme Maude Roy-Vallières, chargée de cours et étudiante au doctorat à l’UQAM qui présentera ses résultats préliminaires lors du congrès de l’Acfas qui se déroule cette semaine.

Cette recherche est basée sur quatre séances d’observation de 30 minutes dans 45 classes de maternelle 4 ans et 45 groupes d’enfants de 4 ans dans des CPE.

Les résultats préliminaires font suite à des visites dans 83 milieux. La qualité des interactions entre les adultes et les enfants est évaluée sur une échelle de 1 à 7.

Les maternelles 4 ans et les CPE ont obtenu un score moyen à élevé (entre 5 et 6) au niveau du soutien émotionnel de l’enfant et de l’organisation de la classe. 

Les résultats sont plus faibles pour les deux milieux concernant le soutien à l’apprentissage (poser des questions à l’enfant, avoir une conversation avec lui, utiliser un vocabulaire diversifié), pour lequel le score se situe plutôt entre 2 et 3.

Il s’agit toutefois de résultats qui sont comparables à ceux obtenus un peu partout dans le monde, précise Mme Roy-Vallières.

Éducatrices plus expérimentées

La seule différence observée se situe au niveau de la considération du point de vue de l’enfant, qui permet d’évaluer à quel point les activités sont ajustées en fonction des intérêts momentanés des tout-petits. Les CPE ont une légère avance à ce chapitre.

Cette étude a aussi permis de constater que les éducatrices interrogées avaient en moyenne deux fois plus d’expérience que les enseignantes (18 ans comparativement à 9 ans). Ces dernières ont toutefois deux fois plus d’heures de formation continue sur un an que les éducatrices en CPE (20 heures comparativement à 10).

Au cours des dernières années, différentes études avaient été réalisées sur la qualité des services dans les deux milieux, mais les comparaisons demeuraient difficiles à faire puisque les outils utilisés n’étaient pas les mêmes, explique Mme Roy-Vallières. Cette dernière a voulu pousser plus loin l’exercice dans le contexte où le gouvernement Legault a fait du développement de la maternelle 4 ans sa grande priorité en éducation.

Changer ou pas ?

Aux parents qui se demandent quel est le meilleur choix, Maude Roy-Vallières leur répond qu’il s’agit avant tout d’une décision personnelle, considérant le peu de différences observées dans cette étude.

« Mais si l’enfant est bien dans son CPE, on ne voit pas vraiment de raison de le changer de milieu », précise-t-elle.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.