/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

CF Montréal: rebâtir les ponts avec les partisans

Le président de la formation de la MLS Gabriel Gervais a trouvé les bons mots pour regagner des partisans

Jacques Thériault
Photo courtoisie Jacques Thériault (à droite) a été convaincu de revenir au Stade Saputo par le président du CF Montréal, Gabriel Gervais, qui l’a contacté personnellement.

Coup d'oeil sur cet article

Quand l’Impact de Montréal est devenu le CF Montréal en janvier 2021, plusieurs partisans ont quitté la barque, frustrés de voir l’histoire de l’Impact être balayée sous le tapis. Jacques Thériault est l’un de ces partisans.

• À lire aussi: Une performance inspirante

• À lire aussi: Record battu avec panache

Le nom vous dit quelque chose? C’est normal. Jacques a fait partie du monde des médias pendant de nombreuses années. On l’a vu à l’émission 110 %, il a décrit des combats de boxe et il a aussi été analyste pour les matchs de l’Impact au 98,5 FM.

La semaine dernière, son téléphone a sonné. Quand il a répondu, c’était Gabriel Gervais à l’autre bout du fil. Oui, le nouveau président et chef de la direction du CF Montréal l’a appelé personnellement.

«Il m’a carrément demandé ce qu’il pouvait faire pour me ramener au stade. Je lui ai répondu du tac au tac qu’il devait ramener l’Impact», a-t-il relaté lundi.

«On a ensuite eu une longue conversation très émotive et ç’a été un échange très riche. Je lui ai raconté ma peine d’amour.»

Abonnement annulé

Jacques Thériault était détenteur d’un abonnement de saison au Stade Saputo depuis six ou sept ans quand le CF Montréal a remplacé l’Impact.

«Quand l’annonce a été faite, j’ai appelé et j’ai annulé mes billets de saison. J’avais juré que je ne remettrais plus jamais les pieds là.»

Et on le croit sur parole. Jacques est un homme de cœur, sanguin, mais aussi un homme de principes. Il admet s’être détaché du club.

«Je ne regardais plus les matchs, je regardais les faits saillants et je lisais les reportages dans les journaux.»

Revenir à la maison

Gabriel Gervais a su dire les bonnes choses pour convaincre notre homme de faire une nouvelle visite au Stade Saputo.

«Il m’a offert des billets, j’ai choisi d’y aller seul afin de m’imprégner de l’expérience. Son discours, c’est qu’en venant au stade, tu rentres à la maison, tu retrouves la famille. 

«C’était la première fois depuis le changement de nom que je regardais un match au complet et j’avais l’impression de revenir à la maison.»

Sur place, Jacques Thériault a eu l’occasion de renouer avec les journalistes qu’il connaît bien. Et alors qu’il discutait avec certains d’entre eux, le propriétaire Joey Saputo s’est arrêté à ses côtés.

«Joey est venu me voir avec un grand sourire et ça m’a fait chaud au cœur. Il m’a dit que de belles choses s’en viennent, il m’a demandé de leur donner une chance.»

«Je pense que Joey est conscient qu’il y a une énorme erreur qui a été commise.»

«Ça m’a touché»

«Je n’ai plus de voix maintenant, je suis un nobody à la retraite. Qu’on me reçoive de la sorte, ça me touche beaucoup», a reconnu Jacques d’emblée.

On a même acquiescé à une demande formulée lors de la discussion avec Gervais.

«Je reviens d’un voyage magnifique en Islande et j’ai tripé sur l’Islande à l’Euro 2016. On m’a donné la chance de rencontrer [le défenseur] Robert Thorkelsson pour qu’il signe mon maillot de l’Islande.»

Avouant s’être présenté au stade sans savoir à quoi s’attendre, il a été séduit par ce qu’il a vu.

«Je vais y retourner. C’est une belle équipe qui est jeune et un peu baveuse. J’ai aussi découvert des joueurs que je ne connaissais pas après avoir cessé de suivre l’équipe.»

L’homme de la situation

Quant à Gervais, Jacques Thériault estime qu’il est l’homme de la situation pour rebâtir les ponts.

«Gabriel aime tellement ce club-là. On a un bon président qui veut faire les bonnes affaires et j’espère qu’ils n’échapperont pas Olivier Renard [le directeur sportif].» 

Une relation qui se rebâtit  

Bière à la main, le propriétaire du CF Montréal, Joey Saputo (à gauche), a pris le temps d’aller jaser avec les partisans lors du tailgate d’avant-match samedi.
Photo courtoisie
Bière à la main, le propriétaire du CF Montréal, Joey Saputo (à gauche), a pris le temps d’aller jaser avec les partisans lors du tailgate d’avant-match samedi.

Depuis qu’il est en poste, Gabriel Gervais insiste sur l’importance de rebâtir les ponts avec les partisans et il pose des gestes concrets, comme aller à leur rencontre avant une partie.

Samedi dernier, c’est en compagnie du propriétaire, Joey Saputo, et du vice-président et chef de la direction financière, Salvatore Rivera, qu’il est allé faire un tour au tailgate d’avant-match.

Le trio s’est mêlé aux membres des groupes de partisans et a visité les 1642 MTL et les 127 Montréal pour prendre une bouchée et discuter en sirotant une bière.

«Cette visite, c’est l’illustration du discours. C’est symbolique, mais des fois, ça ne prend pas grand-chose pour améliorer le climat. On sent la volonté de se rapprocher des supporters», a soutenu Louis--Pascal Cyr, un membre des 1642 rencontré lundi.

«Le message que je comprends quand on voit les dirigeants du club débarquer, c’est que ce qu’on apporte est important», a-t-il poursuivi.

Rien d’acquis 

Histoire de bien faire les choses, on avait prévenu les groupes d’amateurs d’une possible visite avant la rencontre face à Orlando City.

« Ils nous avaient prévenus qu’ils passeraient, mais on ne savait pas avec certitude que Joey serait là, a noté Cyr. On s’était dit qu’on ne tiendrait rien pour acquis. »

« C’est un beau privilège et ça contribue à ce que le lien affectif entre le club et nous soit plus personnel », ajoute-t-il en mentionnant que les échanges ont été très cordiaux et décontractés.

D’ailleurs, la chose est un peu passée sous le radar, mais Gervais était allé visiter les fans seul la fin de semaine précédente.

Devenir des Partenaires

Pendant que les choses semblent être au point mort avec les Ultras, les 1642 MTL ont choisi la voie du dialogue et de la réconciliation. Ainsi, il y a des discussions entre les deux parties depuis quelques mois.

« Quand on a rencontré Joey en décembre, on lui a dit que nous voulions être partenaires », précise Cyr.

« On ne veut pas de droit de veto, on veut seulement pouvoir donner notre avis et leur dire comment on voit les choses de façon à ce que tout se passe le mieux possible. J’ai senti lors de cette rencontre que Joey voyait les choses de la même façon. »

Il est bon d’ajouter que ces discussions ont commencé avant le départ de Kevin Gilmore du poste de président.

Par ailleurs, le milieu de terrain du CF Montréal Joaquin Torres a été choisi au sein du onze par excellence de la dernière semaine dans la MLS. Il a récolté un but et deux passes dans la victoire de 4 à 1 contre Orlando City, samedi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.