/sports/fighting
Navigation

Soulagement et espoir

Coup d'oeil sur cet article

L’annonce du départ de Daniel Trépanier a eu l’effet d’un soulagement auprès des anciens et des athlètes actuels de Boxe Canada.  

• À lire aussi: Démission de Trépanier: Halpin assumera l’intérim

• À lire aussi: «L’espoir de rêver à nouveau» – Danielle Bouchard

• À lire aussi: Boxe Canada: Daniel Trépanier démissionne

« Tout le monde peut rêver à nouveau des Jeux olympiques, a indiqué Sabrina Aubin. Lorsque j’ai appris la nouvelle, j’ai vécu un mélange d’émotions. »

« Au début, je n’y croyais pas. Je trouvais cela trop facile. Par contre, j’ai un sentiment de joie qui n’est pas explicable. »

« Par contre, on a un bout de chemin à faire encore. Il y avait une pomme pourrie, mais il y en a d’autres. »

Pour sa part, Christophe Bernier ne savait pas trop comment réagir. 

« C’est Noël avant l’heure, a-t-il mentionné. Comme les autres, j’avais peur que ce soit un feu de paille et qu’il en profite. C’est une très bonne nouvelle pour la boxe au Canada. »

Des coachs heureux

De son côté, Stéphan Larouche ne cachait pas son enthousiasme. 

« Je suis content pour nos entraîneurs et nos athlètes, a souligné l’instructeur. Lorsqu’une association nationale aide un entraîneur, il peut produire 50 boxeurs. » 

« Si tu en aides 10, tu peux en produire 500. C’est dans la quantité qu’on peut développer et qu’on retrouve du talent. Carl Handy a placé quatre ou cinq boxeurs sur l’équipe nationale, mais il n’avait plus aucune motivation de le faire. » 

« Il a perdu ses boxeurs. Ils ne l’ont jamais invité à des entraînements ou à des tournois. Ils ne l’ont pas formé. Ils prenaient ses boxeurs et ils ne donnaient plus de nouvelles. Ce type de système ne pouvait pas fonctionner. »

Sélections justes

Larouche croit qu’on assistera au retour des formations en continu des entraîneurs. 

« Je m’attends aussi à des championnats canadiens comme dans le temps, a-t-il ajouté. Il va y avoir une sélection qui sera juste en fonction des résultats qui seront sur le ring et non sur des critères subjectifs. Des critères qui font l’affaire du directeur haute performance. »

Il verrait bien un système de reconnaissance provincial pour les entraîneurs qui fournissent des athlètes à l’équipe nationale sur une base régulière. Une fois de temps en temps, ils pourraient accompagner leurs boxeurs dans un tournoi international. 

Un dossier à suivre...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.