/news/politics
Navigation

Des travaux majeurs à venir au Salon bleu

Les députés devront siéger au Salon rouge

Quebec
Photo d'archives, Stevens Leblanc Les députés de la prochaine législature devront déménager au Salon rouge en cours de mandat afin que des travaux majeurs soient réalisés au Salon bleu (photo).

Coup d'oeil sur cet article

Les députés qui seront élus à l’Assemblée nationale après les élections du 3 octobre prochain passeront une bonne partie de leur mandat à siéger au Salon rouge plutôt qu’au Salon bleu, en raison d’importants travaux à venir.

Avant d’offrir une cure de jouvence au célèbre Salon bleu, l’Assemblée nationale doit d’abord s’attaquer à la rénovation du Salon rouge, ou « salle du Conseil législatif » (aboli en 1968), où les députés ont siégé pour la première fois en 1885.

Les travaux qui y étaient prévus ont d’ailleurs été devancés, a confirmé le président de l’Assemblée nationale, François Paradis, lors de l’étude des crédits budgétaires.

Détérioration des plafonds

Le whip du gouvernement, Éric Lefebvre, a révélé que des « problèmes de structure » ont récemment été décelés.

La « détérioration des plafonds était plus importante que celle anticipée », a expliqué M. Paradis.

Des travailleurs spécialisés seront donc bientôt embauchés afin de préserver la « richesse patrimoniale » des lieux.

Cette portion des travaux est estimée « de façon préliminaire à 250 000 $ », a indiqué Béatrice Zacharie, conseillère en communication et relations médias à l’Assemblée nationale.

« Ce montant sera confirmé lors de l’ouverture des soumissions prévue à la mi-mai », a-t-elle précisé.

Cinq ans de travaux

Dès que le Salon rouge sera fin prêt, les députés de la 43e législature y déménageront leurs pénates.

À moins d’un changement, ces derniers amorceront tout de même les travaux au Salon bleu après leur assermentation, sans doute dans les semaines qui suivront les élections générales, cet automne.

En ce qui concerne la salle « de l’Assemblée nationale » (le Salon bleu), l’évaluation des besoins, notamment technologiques, est toujours en cours. La durée des travaux est toujours estimée à cinq ans.

Il y a donc fort à parier que les élus de la 44e législature, normalement en 2026, tiendront aussi leurs premiers débats au Salon rouge avant de pouvoir réintégrer la salle voisine pour de bon.

Il reste notamment à décider de la forme que prendra la salle dans le futur. Il y a un an, M. Paradis avait évoqué la possibilité d’opter pour une configuration en hémicycle, en lieu et place de la formule britannique actuelle.

L’éventuelle réforme parlementaire et les consultations qui devront être complétées auprès des différents partis dicteront la suite des choses.

En 2018, une étude préliminaire commandée par le précédent président, Jacques Chagnon, faisait état d’une estimation de 3,3 millions $ pour les travaux.

« Cela dit, cette estimation n’incluait pas les améliorations technologiques ni le remplacement du mobilier », a souligné Mme Zacharie.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.