/entertainment/shows
Navigation

«Kooza»: déjà plus de 100 000 billets vendus avant la première de jeudi

«Kooza»: déjà plus de 100 000 billets vendus avant la première de jeudi
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Quinze ans après sa première mondiale à Montréal et huit millions de spectateurs plus tard, le spectacle «Kooza» du Cirque du Soleil est de retour dans le Vieux-Port, où il va tenir l’affiche du 12 mai au 14 août. 

Trois numéros spectaculaires ont été présentés aux médias jeudi, alors qu’on apprenait que plus de 100 000 billets avaient déjà été vendus pour les représentations dans la métropole.

«Kooza» compte 10 nouveaux membres venus des quatre coins du globe et, exploit à souligner, six autres sont, au contraire, des vétérans de la première heure, soit depuis la création du spectacle en 2007. On parle ici de 4000 représentations au compteur!

«Ça demande énormément de sacrifices, beaucoup de discipline d’entraînement, faire attention à son corps, se reposer. C’est ça que ça prend pour être 15 ans sur un spectacle», a souligné la directrice artistique de «Kooza», Jennifer Lécuyer, qui a elle-même œuvré sur scène pendant des années avec le Cirque avant de mettre à profit tout son bagage «pour faire briller» ceux qui l’ont remplacée sous les projecteurs.

«Kooza»: déjà plus de 100 000 billets vendus avant la première de jeudi
Joël Lemay / Agence QMI

«Kooza»: déjà plus de 100 000 billets vendus avant la première de jeudi
Joël Lemay / Agence QMI

Encore magique

La magie du Cirque opère toujours sur la scène circulaire, avec des élans poétiques, humoristiques, musicaux et, surtout, acrobatiques. Cela ne manque pas de donner des sueurs froides aux curieux réunis sous le Grand Chapiteau sur le quai Jacques-Cartier, tant les tableaux sont vitaminés et spectaculaires. On peut penser ici aux numéros «Duo unicycle», «Planche à sautoir» qui réunit 19 acrobates sur scène et, dernier mais non le moindre, «Sangles», une nouveauté de cette production bien rodée.

Malgré tout le talent, il y a encore et toujours des ajustements à apporter, tant au niveau des numéros à exécuter qu’au chapitre de la technique, ce qui est normal selon Mme Lécuyer. «Ça fait partie de la beauté du cirque. C’est qu’à chaque spectacle, on ne sait pas ce qui va arriver. [...] La beauté des arts vivants, c’est que c’est vivant, justement. Le spectacle grandit à travers les semaines. Les acrobates et les artistes peuvent proposer certains trucs, ça évolue et, non, on n’arrête jamais de rechercher la beauté soir après soir», a-t-elle mentionné.

En revenant à la maison pour l’été, le Cirque du Soleil met ainsi fin à trois ans d’absence à Montréal, pandémie oblige. Une récente entente fait par ailleurs en sorte que la troupe québécoise présentera une nouvelle création ou un de ses classiques au cours des 10 prochains étés dans le Vieux-Port.

Les billets pour «Kooza» sont disponibles en ligne [www.cirquedusoleil.com/fr/kooza].

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.