/news/currentevents
Navigation

Accident à Sainte-Adèle: une adolescente sombre dans la rivière du Nord

Elle profitait de son heure du dîner avec des amis à Sainte-Adèle

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-ADÈLE | Une adolescente appréciée de tous a chuté puis été emportée aujourd'hui par le fort courant de la rivière du Nord, à Sainte-Adèle, alors qu’elle profitait de sa pause du dîner au secondaire avec des amis.

Des premiers répondants en kayak ont recherché l’adolescente en après-midi.
Photo courtoisie, Jean Lessard
Des premiers répondants en kayak ont recherché l’adolescente en après-midi.

« On s’inquiète, a confié Gabrielle Vaillancourt en regardant au loin des plongeurs de la Sûreté du Québec (SQ) à la recherche de son amie sur la rivière. C’est vraiment triste parce qu’elle est une perle, cette fille. Personne ne pouvait dire qu’il ne l’aime pas. » 

Photo courtoisie, Jean Lessard

Vers 12 h 30, quatre amis se trouvaient près du pont de la rue Rolland lorsqu’une jeune fille qui était sur une roche a perdu pied et s’est retrouvée dans la rivière des Laurentides.

Photo courtoisie, Jean Lessard

Ceux qui accompagnaient l’étudiante de secondaire 4 auraient tenté de lui venir en aide, mais sans succès. 

Pendant une bonne partie de la soirée, des plongeurs de la SQ ont arpenté la rivière à sa recherche. L’événement tragique a créé une véritable onde de choc sur l’heure du midi à son école secondaire Augustin-Norbert-Morin, située à moins d’un kilomètre. 

« Quand on l’a su, tout le monde pleurait. L’école au complet était bouleversée », a raconté Samuel Laporte.

Un médaillon en l’honneur de la victime accroché sur le pont de la rue Rolland.
Photo Erika Aubin
Un médaillon en l’honneur de la victime accroché sur le pont de la rue Rolland.

« Ç’a créé un vide assez immense pour faire réaliser aux autres que la vie est fragile. J’espère que les jeunes vont tirer des conclusions de ça, on doit faire attention, nous ne sommes pas invincibles », a ajouté Justin Laprise-Lemay. 

  • Écoutez l'entrevue de Benoît Dutrizac avec Raynald Hawkins sur QUB Radio:

Un endroit populaire

Ce coin de la rivière, où le courant est accentué par de nombreux rochers, est souvent fréquenté par des jeunes du coin, selon des citoyens rencontrés sur place.

Une mère a même raconté au Journal avoir trouvé un maillot de bain dans le sac à lunch de sa fille, qui était venue sur le bord de la rivière la veille du drame avec l’adolescente disparue. 

« Les jeunes sont nés ici, connaissaient les dangers de la rivière et on leur répète assez souvent, surtout au printemps. Mais il ne suffit que d’une seconde pour un bête accident », a souligné Yannick Lemay, résident de Sainte-Adèle.

Plusieurs croient qu’une clôture devrait se dresser aux abords de la rivière à cet endroit. 

« Il y a un chemin qui mène de l’école secondaire jusqu’ici, donc les jeunes marchent jusqu’ici pour chiller. L’an dernier, un jeune s’était fendu la tête », a raconté Mélanie Richard.

Et le printemps est une période où l’on doit être particulièrement prudent près des cours d’eau, met en garde Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage.

« À ce temps-ci de l’année, même s’il fait chaud, il y a du courant intense et l’eau est particulièrement froide », a-t-il expliqué.


♦ Au Québec, environ 40 % des noyades se produisent dans les rivières, ce qui en fait le plan d’eau le plus meurtrier.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.