/sports/baseball
Navigation

Deux ans plus tard, revoici les Capitales

La formation de Québec fera finalement ses débuts dans la Ligue Frontier vendredi soir près de Chicago

Patrick Scalabrini
Photo d’archives Les hommes de Patrick Scalabrini entament leur saison ce soir aux États-Unis.

Coup d'oeil sur cet article

Après deux longues années d’attente, les Capitales de Québec disputeront finalement leur premier match dans la Ligue Frontier, près de Chicago, ce soir, contre les Thunderbolts de Windy City. 

Les Capitales devaient y faire leur entrée en 2020, après la dissolution de la Ligue Can-Am dans laquelle ils ont remporté sept championnats. 

Mais la saison a été annulée en raison de la pandémie, puis les mesures sanitaires ont contraint l’organisation à délaisser les Capitales lors de la suivante pour mettre sur pied Équipe Québec. Les revoici finalement.

« On a très hâte de jouer en tant que Capitales de Québec, notre équipe que l’on a bâtie, reconnaît le gérant, Patrick Scalabrini. C’est notre première vraie année dans la Ligue Frontier et, contrairement à l’an passé, on sait quand on revient [au Stade Canac], alors c’est beaucoup plus positif. »

Il n’y a pas que les débuts officiels des Capitales qui soient aussi satisfaisants aux yeux de Scalabrini. Il y a aussi la formation qu’il présentera sur le terrain, une équipe de gros cogneurs qu’il « aime beaucoup ».  

« C’est rare que je le dise aussi tôt dans la saison, parce que d’habitude, j’ai quelques inquiétudes, précise le gérant. On a moins de faiblesses évidentes ou de postes à combler que par le passé.

On ne sera pas parfait, loin de là, ajoute-t-il. Mais, au départ, j’avais des inquiétudes sur notre relève et, au cours des 10 derniers jours, les retours d’Andrew Case et de Marshall Shill sont venus solidifier cette position. »

12 points ? 14 points ?

Il y a quelques semaines, Scalabrini avait promis des performances excitantes aux partisans des Capitales, « avec plusieurs gros bonhommes qui ont un historique de frapper la longue balle ». 

Un camp ne fait pas une saison, mais ce qu’il a vu de ses protégés dans les derniers jours est venu confirmer ses aspirations. 

« On a gagné un de nos matchs préparatoires cette semaine par 12... ou 14 points, je ne sais plus, j’ai arrêté de compter à un moment donné, a expliqué l’entraîneur. C’est sûr qu’on n’est jamais à l’abri d’être victime d’un blanchissage à notre premier match après ça, mais je sais qu’on va marquer beaucoup de points cette saison.

Ça va être notre identité. Avec T.J. White [joueur par excellence de l’équipe en 2019] qui s’est ajouté dans les derniers jours, on va être le fun à voir jouer. »

Au-delà du baseball spectaculaire que ces gros cogneurs risquent de produire, Scalabrini rappelle qu’Équipe Québec a amorcé sa remontée au classement l’an dernier quand les joueurs se sont mis à frapper. 

Il s’agit donc d’un atout qui peut s’avérer précieux dans la Ligue Frontier, et, notamment, dans la section Est. 

Le monticule à Cienfuegos 

C’est Miguel Cienfuegos qui sera sur le monticule, vendredi soir, face aux Thunderbolts. Un honneur qui revenait de plein droit à l’artilleur québécois de 25 ans, dit Scalabrini.

L’an dernier avec Équipe Québec, à sa première année chez les professionnels, le lanceur gaucher a compilé une fiche de 9-6 et affiché une moyenne de points mérités de 3,78.

« Aussi jeune soit-il, Miguel est un leader dans l’équipe, un gars apprécié de tous, souligne le gérant des Capitales. Il l’a mérité par ses performances de l’an dernier. Ce n’est pas seulement qu’il a été bon toute l’année, mais aussi qu’il a continué à s’améliorer. »

En attente des Cubains 

Scalabrini aime déjà son équipe, mais il pourra dire qu’il l’aime « beaucoup » une fois qu’il aura avec lui son ancien arrêt-court Yordan Manduley, le voltigeur Yoelkis Guibert et le partant Carlos Sano. 

Tant Manduley et Guibert, deux joueurs cubains, que Sano, qui est originaire de la République dominicaine, sont en attente depuis un moment de leur visa de travail. 

Le gérant espérait pouvoir compter sur eux pour la rentrée au Stade Canac le 24 mai, contre les Grizzlies de Gateway, mais il se résigne à devoir patienter un peu plus longtemps.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.