/news/politics
Navigation

François Legault critiquait l’étalement urbain, comme Catherine Dorion, plaident les partis d'opposition

Le premier ministre François Legault a prononcé un discours aux assises de l'Union des municipalités du Québec, jeudi matin.
Photo Agence QMI, MARCEL TREMBLAY Le premier ministre François Legault a prononcé un discours aux assises de l'Union des municipalités du Québec, jeudi matin.

Coup d'oeil sur cet article

À relire le livre de François Legault publié en 2013, sa vision de l’aménagement du territoire était beaucoup plus près de celle de «Catherine Dorion» et beaucoup moins «populiste», plaident les partis d'opposition.

• À lire aussi: Les villes obtiendront la priorité de rachat sur leurs territoires, promet Legault

• À lire aussi: Étalement urbain: un discours «populiste dangereux»

Dans son livre Le projet Saint-Laurent, le premier ministre du Québec critiquait vivement l’étalement urbain et le transport en voiture.  

«Le développement des villes au Québec s’est effectué en s’éloignant de plus en plus des centres-villes. Mais aujourd’hui, les nombreux inconvénients de ce qu’on appelle l’étalement urbain sautent aux yeux: un temps inouï de transport en voiture, une perte de productivité liée à ces déplacements, une augmentation des coûts de construction et d’entretien des services publics sans cesse en expansion», écrivait-il. 

Le solidaire Sol Zanetti a tenu à le lui rappeler jeudi matin, lors de la période de questions, signalant que la vision du premier ministre, à l’époque, était semblable à celle de «Catherine Dorion». 

Le député estime que le premier ministre a mis de côté ses idéaux en promettant un troisième lien autoroutier entre Québec et Lévis et en permettant à son ministre des Transports d’affirmer que la densification est une «mode». 

Selon la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade, François Legault est devenu «populiste».  

«L'étalement urbain, il est présent depuis un certain nombre d'années. Maintenant, François Legault fait comme si ça n'existait pas», a-t-elle souligné. 

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, avance que le premier ministre a modifié son discours «sur un paquet de points» depuis qu’il a été élu.  

«Lorsqu'on fera le bilan réel de ce gouvernement-là, on se rendra compte qu'on est beaucoup plus dans la continuité de la gouvernance libérale», a-t-il mentionné.  

Tenir tête

Les partis d’opposition croient aussi que la nouvelle génération d'élus municipaux a raison d’oser tenir tête au gouvernement de la CAQ sur sa vision de l’aménagement urbain et en matière de changements climatiques. 

«D'habitude, les municipalités sont plutôt très diplomatiques par rapport au gouvernement du Québec. Bien, aujourd'hui, elles haussent le ton, elles osent s'opposer publiquement à différents projets du gouvernement du Québec. Ça indique qu'il y a quelque chose», a indiqué le porte-parole solidaire en matière de logement et d’habitation Andrés Fontecilla.  

Mercredi, le maire de Québec Bruno Marchand a critiqué sévèrement les propos tenus récemment par des ministres du gouvernement Legault concernant la densification, qui serait une «mode», selon eux. Il a dit que la CAQ tenait un discours «populiste dangereux». 

«On dit toujours que les maires se collent au pouvoir, vont garder le silence pour tenter d'obtenir ce dont ils ont besoin pour leur ville. Mais, en ce moment, les déclarations et les orientations du gouvernement sont tellement fallacieuses et sont tellement à côté de la réalité qu'il y a des maires qui ont assez le sens des responsabilités pour rectifier les faits», a mentionné le péquiste Paul St-Pierre Plamondon.  

Communauté d’esprit

Le solidaire Vincent Marissal ne croit pas que les maires sont ceux qui jouent le réel rôle d’opposition à Québec. Il soutient qu’il y a une «communauté d’esprit» entre sa formation politique et les leaders municipaux.  

«Et puis, franchement, là, sans chauvinisme, Gabriel Nadeau-Dubois, en ce moment, c'est lui qui mène le bal. Et il est au même moment et au même endroit que ces maires et mairesses qui réclament des actions réelles contre le changement climatique, la crise du logement», a-t-il mentionné. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.