/news/politics
Navigation

Débat en anglais annulé avec l’absence de la CAQ et du PQ

Les réseaux anglophones ont décidé d’annuler le débat en raison de ces absences

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre François Legault et le chef du Parti Québécois ont refusé de participer à un débat dans la langue de Shakespeare durant la campagne électorale. Conséquence : l’affrontement est annulé.

La CAQ a confirmé vendredi que le premier ministre François Legault serait absent du débat qui doit être diffusé en septembre prochain qui était organisé par un consortium rassemblant CBC, CTV, Global et CJAD. 

«Nous avons décliné les invitations pour deux débats, dont un en anglais. Le PM participera déjà aux débats organisés par les réseaux TVA et Radio-Canada. Il faut comprendre que chaque débat demande un temps de préparation important», a mentionné son porte-parole Ewan Sauves. Le parti au pouvoir n’a pas voulu émettre plus de commentaires.  

Dans un communiqué, le consortium a confirmé que le débat est annulé en raison de l’absence des chefs de la CAQ et du PQ. L’exercice ne serait pas juste et informatif, disent-ils.  

«L’objectif était de permettre à tous les Québécois d'entendre les chefs de partis discuter, débattre et confronter leurs visions et priorités pour le Québec, en plus d'aider tous les électeurs à faire un choix éclairé.»   

«Langue commune»

Plus tôt, le chef du Parti Québécois Paul St-Pierre Plamondon avait également affirmé qu’il ne participerait pas au débat des chefs en anglais, soutenant que «la langue officielle et commune au Québec est le français.» 

Il estimait être capable de promouvoir l’idée de l’indépendance auprès des anglophones.  

«Nous serons bien évidemment disponibles pour répondre aux questions des journalistes anglophones», avait-il indiqué. 

Anglade attaque Legault

Pour la cheffe libérale Dominique Anglade, le premier ministre est «arrogant» et «tourne le dos» à une portion importante de la population en refusant de participer au débat en anglais. «En 2018, il a participé, mais là, ça ne fait plus son affaire. Ce n’est même plus important. Quel genre de message on envoie à la population?», demande-t-elle. 

François Legault, suggère-t-elle, n’a peut-être pas envie de justifier certaines politiques qui ont déplu à la communauté anglophone. «Ça donne l’impression de ne pas être capable de défendre son bilan et de se tenir debout», dit Mme Anglade. 

En 2018, François Legault avait participé à ce premier débat en anglais de l’histoire du Québec. Il avait même fait une campagne publicitaire en anglais dont le slogan était : «Join us!». Il tentait ainsi de convaincre la communauté anglophone de voter pour la CAQ.  

QS et le PQ en ajoutent

Tout comme les libéraux, Québec Solidaire avait confirmé sa présence, soutenant que le premier ministre est celui qui en sortirait perdant. 

Idem pour le Parti conservateur d’Éric Duhaime. Ce dernier en a aussi profité pour attaquer François Legault. 

«Ce premier ministre n’est pas à la hauteur de sa fonction», a écrit sur Twitter M. Duhaime. 

– Avec la collaboration de Patrick Bellerose

-Écoutez l'entrevue de Mario Dumont avec Russell Copeman sur QUB radio :

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.