/hublo
Navigation

L’histoire rocambolesque derrière le sous-marin Onondaga de Rimouski

L’histoire rocambolesque derrière le sous-marin Onondaga de Rimouski

Coup d'oeil sur cet article

 

Depuis son ouverture, le Site historique maritime de la Pointe-au-Père (SHMP) a impressionné plus de 1,3 million de visiteurs par la qualité de ses expositions. En 40 ans d’existence, il est devenu un attrait incontournable au Québec.

Chaque année, SHMP attire près de 80 000 curieux à Pointe-au-Père (Rimouski) sur son site magnifique, sur les berges du fleuve Saint-Laurent. 

Si son exposition sur l’Empress of Ireland – célèbre paquebot qui a fait naufrage en 1914 au large du village voisin de Sainte-Luce-sur-Mer – ou encore la visite du phare haut de 33 mètres valent le détour, c’est sans aucun doute l’exploration du sous-marin canadien Onondaga qui est l’attraction vedette depuis 13 ans. 

Premier sous-marin accessible au public au Canada, son ouverture en 2009 conclut une véritable épopée commencée 10 ans plus tôt. Une décennie remplie d’efforts, de mésaventures et de défis pour l’équipage de l’organisme: retour sur cette histoire rocambolesque!

L’histoire rocambolesque derrière le sous-marin Onondaga de Rimouski
Le sous-marin à Pointe-au-Père en octobre 2008 alors qu’il se renverse pour la deuxième fois!

Un sous-marin payé moins de 5 $  

L’histoire du Site historique maritime de la Pointe-au-Père a débuté en 1980, autour du navire Empress of Ireland. Après des débuts humbles sur le Lieu historique national du Phare de Pointe-au-Père, l’équipage est à la recherche d’un nouveau défi!

À l’été 2000, Serge Guay, alors directeur du SMHP, apprend la mise hors service de trois sous-marins canadiens datant de l'époque de la Guerre froide. «Tu devrais aller en chercher un et l’exposer!», lui propose-t-on à la blague. 

L’idée fait son petit bout de chemin et il aura suffi d’un «T’ES PAS GAME!» pour finalement pousser Serge et son équipe à aller de l’avant avec ce projet hors du commun.

Après une période d'analyse des coûts et d'études, le sous-marin est officiellement acheté au ministère de la Défense nationale pour la modique somme de 4 $ (et 60 ¢ de taxes)!

Lorsque l'équipe du SHMP se rend à Halifax pour préparer le transport du géant marin, tous sont sans mots. Enfin, presque! Ils ne peuvent s’empêcher de répéter: «YÉ GROS!».

Il faut dire qu’avec ses 90 mètres de long, ses 8 mètres de large et ses 1 400 tonnes, l’Onondaga ne passe pas inaperçu. 

Un mastodonte captivant

En 1965, l’Onondaga sort des chantiers. Sa carrière militaire durera 33 ans!

L'Onondaga, L'Ojibwa et L'Okanagan à Halifax avant leur mise hors service.

L’équipe du SHMP est impressionnée par son immensité.

L’intérieur de l’Onondaga lors de son entreposage à Halifax.

X

L’Onondaga et ses 1001 péripéties  

En plus de nécessiter des fonds de 3 millions de dollars, le rapatriement du sous-marin de la Nouvelle-Écosse vers le Site historique maritime de la Pointe-au-Père n’a pas été de tout repos. 

Tout d’abord pendant le remorquage, un câble lâche dans la baie de Halifax, entraînant presque le navire à la dérive. Puis, le 17 juillet 2008, accueilli par une foule de curieux, le «monstre marin» arrive enfin sur son nouveau territoire, à Rimouski. Mais le plus dur commence: il faut l’installer à 10 km à l'Est, à Pointe-au-Père. Il sera hissé en utilisant la force de la marée sur un rail qui servira à le maintenir hors de l’eau.

Ça part mal: une tempête de pluie infernale annule l’opération. Il faut attendre jusqu’à la fin août pour profiter de la prochaine grande marée. Le 31 août, après une nuit de halage terminée dans le brouillard, l'opération échoue: le sous-marin se renverse. Les images du géant en mauvaise posture font le tour des médias dans tout le pays. Face à l’adversité, les ingénieurs et l'équipe du SHMP se retroussent les manches pendant deux mois pour trouver une solution pour le redresser.

Le cœur rempli d’espoir, le 17 octobre 2008, on amorce enfin une nouvelle tentative. Devant les caméras d'une dizaine de journalistes, l'Onondaga bascule à nouveau. On frôle la catastrophe: deux travailleurs, alors sur le pont, s’accrochent à leur harnais pour ne pas glisser. 

Ironiquement, cette mésaventure sera bénéfique: la nouvelle position du sous-marin facilite son installation sur le rail. Plutôt que de retourner au port de Rimouski pour l’hiver, l’équipe tente le tout pour le tout. Et le 30 novembre 2008, c’est fait: l’Onondaga est enfin solidement ancré chez lui, pour de bon!

Le voyage de Halifax jusqu’au Québec a été essoufflant!
En juillet 2008, nombreux sont les curieux qui assistent à son arrivée à Rimouski.
En août 2008, les ingénieurs débutent le halage du navire sur le rail en plein brouillard: une opération délicate!
L’installation du sous-marin à Pointe-au-Père échoue: le sous-marin se renverse!
En octobre 2008, le sous-marin se renverse une 2e fois!
Fin novembre 2008, le sous-marin est enfin installé: victoire!
En juin 2009, les passionnés de l’Onondaga sont prêts à vous émerveiller.
De son voyage de Halifax jusqu’à l’installation à Pointe-au-Père, cela devait durer 1 mois: il en aura fallu 5!

Venez expérimenter la vie à bord d’un sous-marin  

Après toutes ces péripéties, il ne reste que 6 mois pour préparer le sous-marin à l’arrivée du public. Le travail se fait dans un froid polaire et des conditions difficiles, mais personne ne compte les heures. 

Avec toute l’effervescence causée par que le rapatriement du sous-marin, les touristes sont nombreux à se présenter au Site historique maritime de la Pointe-au-Père le 13 juin 2009, lors de la grande ouverture. 

Cette année-là, le SHMP connaît un achalandage record, passant de 30 000 à 92 000 visiteurs. Quelle victoire après toutes ces aventures! 

Le succès de l’Onondaga a bouleversé de manière radicale l’histoire du SHMP et l’aura propulsé comme l’un des attraits touristiques majeurs du Bas-Saint-Laurent. Son dernier projet à venir cet été: un parcours extérieur sur tablette, «Les superpouvoirs de l’Onondaga», où les visiteurs pourront découvrir le sous-marin sous un nouveau jour en expérimentant le fonctionnement de ses principaux systèmes (flottabilité, propulsion, localisation d’une cible, etc.).

Dormir à bord, c’est possible! Un aperçu de ce qui vous attend:  

Ne manquez pas votre chance de vivre une expérience muséale innovante dans un décor spectaculaire du Bas-Saint-Laurent. Pour plus de détails, visitez le site Internet du Site historique maritime de la Pointe-au-Père.