/opinion/columnists
Navigation

Mettre Immigration Canada sous tutelle

Chemin Roxham
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Des demandeurs d’asile au chemin Roxham en avril dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a des élections dans l’air. Ayant réussi à occuper le terrain de l’identité québécoise solidement depuis 2018, François Legault semble prêt à doubler la mise en vue des élections d’automne.

Cette semaine, on a vu le Parti Québécois se joindre à la fête en demandant la fermeture du célèbre chemin Roxham, emprunté par de nombreux demandeurs d’asile. Cette proposition avait déjà été faite aux élections de 2018 par le PQ qui avait décidé de surfer sur des sentiments anti-immigrants. 

Legault a pris la balle au bond et a réitéré sa propre demande de fermer Roxham. Legault n’a pas l’intention de laisser le PQ resurgir de ses cendres et il va à nouveau jouer la carte immigration au maximum.

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8 h via QUB radio :

Pas illégales

Fait à noter, ces demandes d’asile à Roxham ne sont pas illégales. Elles sont protégées par le droit international. Tout au plus, pouvons-nous les traiter d’irrégulières, car normalement, pour traverser les lignes, on se dirige vers un poste frontalier, comme Lacolle.

Cette réalité juridique ne change rien à son caractère politiquement explosif. Depuis la dernière élection, Legault se sert de l’immigration comme arme politique, « en prendre moins », son cri de ralliement à la Donald Trump.

Tout comme le mur imaginaire de Trump, les envolées oratoires de Legault contre les immigrants sont de la pure foutaise.

En 2022, le Québec devra accueillir 130 000 nouveaux arrivants. Il s’agira de 70 000 immigrants réguliers et plus de 30 000 travailleurs étrangers temporaires. Ces derniers sont un élément-clé pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs, dont l’hôtellerie et la restauration. 

À cela s’ajoute un autre 30 000 de demandeurs d’asile, provenant surtout du chemin Roxham.

  • Encore plus de Thomas Mulcair, écoutez son édito diffusé chaque jour en direct 8 h via QUB radio : 

Entente Canada-É.-U.

En raison d’une entente entre nos deux pays, les États-Unis sont réputés être un tiers pays sûr. En conséquence, si on fait une demande d’asile à un poste frontalier, on va se faire refouler vers les États. 

D’où l’intérêt pour les demandeurs d’asile de traverser à des endroits comme le chemin Roxham.

Le Québec n’est pas la seule province aux prises avec une telle situation, mais la concentration des cas dans l’est des États-Unis fait que le nombre de demandes est très élevé chez nous. Comme solution, le fédéral et les Américains évoquent une possible entente pour encadrer le tout, mais c’est loin d’être fait.

Entre-temps, c’est de la politique comme d’habitude avec un mauvais arrière-goût d’intolérance.

S’époumoner pour la fermeture du chemin Roxham, ça fait du bien politiquement, même si ce n’est pas faisable légalement et ne ferait que déplacer le problème au prochain chemin.

Chaos total

En fait, il y a plus de 2 millions de cas d’immigration en attente et c’est le chaos total à Immigration Canada. Entendons-nous bien, ce n’est pas la faute des fonctionnaires, il s’agit d’un cas flagrant d’incompétence et d’incurie politique.

C’est un dossier qui n’a jamais été prioritaire et le rattrapage va exiger créativité, ressources et innovation audacieuse.

La première étape doit être la mise en tutelle d’Immigration Canada. Ça urge.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.