/news/coronavirus
Navigation

Certains continueront de se protéger

Coup d'oeil sur cet article

La levée de l’obligation de porter un masque dans certains lieux publics fermés n’empêche pas certains de garder le leur encore quelque temps, par mesure de sécurité.

• À lire aussi: La levée du port du masque célébrée au Québec

• À lire aussi: Que de la joie partout en province

« Avant de le retirer, je préfère voir un peu comment ça va se passer. Je trouve que dans les endroits publics, les gens ne sont pas toujours respectueux de la distance, alors pour le moment, j’observe », explique Manon Brodeur, rencontrée au CF Promenades St-Bruno, samedi.

Depuis samedi, le port du couvre-visage n’est plus obligatoire dans les lieux publics fermés ou partiellement couverts, comme les restaurants, les magasins et les salles de sport.

À quelques jours de la levée de la mesure, il devenait de plus en plus difficile, pour certains commerçants, de faire respecter le port du masque.

« Dans les dernières semaines, on a dû faire plus de rappels que d’habitude. Les gens savaient que la [levée de la mesure] s’en venait, alors ils y portaient moins attention », affirme Alexandra Lafond, directrice du Privilège Gym de Québec.

Encore un peu

Plusieurs citoyens préfèrent néanmoins encore garder leur masque, souvent pour prendre le temps de s’habituer au retrait de cette mesure. 

François Pesant a décidé, lui, qu’il retirerait son masque et celui de son fils, Blaise, lorsque l’école sera finie. « Je pense que le gouvernement aurait pu attendre la fin des classes, ça aurait été mieux pour éviter la propagation dans les écoles et chez les enfants », soutient-il.

Contrairement à la grande région de Montréal, où de nombreux citoyens portaient encore le masque, à Québec, celui-ci était plutôt invisible lors du passage du Journal dans plusieurs établissements.

« Il y a des clients qui ne sont pas sûrs encore. Quelques-uns nous ont demandé si on était à l’aise de le remettre s’ils venaient nous voir parce qu’ils étaient un peu frileux à l’idée de l’enlever », soutient Josianne Tremblay, gérante du salon Coiffure distinctive de Charlesbourg.

Certaines personnes pensent qu’elles porteront leur masque partiellement, notamment lorsqu’il y a beaucoup de monde. « Il y a des endroits où je ne me sentirais pas à l’aise sans mon masque alors je vais le garder à portée de main », promet Michel Boisclair, à Longueuil.

– Avec Jérémy Bernier

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.