/misc
Navigation

Mon père m’a enseigné le respect dans le silence

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Michel Laplante, aujourd’hui président des Capitales de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

La grève du baseball majeur en 1994 a empêché les Expos de gagner un championnat. Notre invité de cette semaine, Michel Laplante, des Capitales de Québec, devait commencer la saison 1995 dans les majeures, sauf qu’il a refusé d’être un briseur de grève. Une fois la grève terminée, il a été congédié par les Padres de San Diego.

Il est le seul survivant d’un accident d’hélicoptère qui a coûté la vie au pilote Frédérick Décoste, et à son ami, le chanteur Bob Bissonnette.

Son épouse, Francine Gendron, était toujours présente pour l’appuyer lorsqu’il jouait à Welland, Augusta, Salem, Raleigh, Bradenton, Lynchburg, Madison, Taiwan, Ottawa, Richmond, Greenville et Québec. Aujourd’hui, il est le président des Capitales de Québec.


Tu es originaire de l’Abitibi.

J’ai demeuré à Joutel, maintenant une ville fantôme, avant de déménager à Val-d’Or. Mon père, Jacques, est de Val-d’Or, tandis que ma mère, Claire Gagné, est de Cadillac, située entre Val-d’Or et Rouyn-Noranda. J’ai aussi trois frères: Maurice, Guy et Donald.


Le respect dans le silence.

Mon père m’a inculqué cette philosophie de vie. Tandis que le désir de ma mère c’était que son mari et ses enfants ne manquent de rien à la maison.


Les carrés aux dattes de ta mère.

Sans aucun doute, je m’ennuie de mes parents, mais les carrés aux dattes de ma mère me manquent aussi.


Tes premiers emplois.

Camelot, employé en aménagement paysager et en déneigement, gardien d’enfants. Cependant, à 14 ans, je donnais des cours de tennis dans les camps d’été.


Ton idole était Guy Lafleur.

J’ai tellement de beaux souvenirs, assis devant la télé à côté de papa à regarder Lafleur. Plus d’une fois avant de m’endormir je m’imaginais en train de marquer le but gagnant de la finale de la Coupe Stanley.


Tu pratiquais plusieurs sports.

J’ai joué au hockey et au tennis, mais je n’ai joué au baseball organisé qu’à l’âge de 18 ans seulement.


À 18 ans, tu te joins à la formation de Saint-Eustache Junior.

Michel Landry m’a convaincu de tenter ma chance. Un de mes amis me prête son gant, l’autre ses pantalons, son blouson de baseball et des crampons, mais c’étaient des crampons de soccer.


Comment s’est déroulé ton camp d’entraînement?

L’entraîneur, monsieur Lemieux, me pose les questions habituelles. Voici quelques-unes de mes réponses: je jouais au baseball pour Le Dépanneur des Pins, à Val-d’Or, et à toutes les positions. Il a paru étonné quand je lui ai annoncé que c’était la première année que je jouais. Par la suite, la famille Bélisle m’a bien accueilli au sein de la formation.


Derek Aucoin t’a beaucoup aidé.

Le regretté Derek Aucoin m’a enseigné les rudiments du baseball qui m’ont permis de signer un contrat professionnel avec les Pirates.


Le gars de Val-d’Or était bon, mais trop vieux.

Mon sobriquet était «Val-d’Or». J’ai participé à un camp d’essai des Braves d’Atlanta, à Verdun. Seulement trois des 51 joueurs ont retenu l’attention des Braves. Ils ont offert des contrats professionnels à Dominique Therrien et Yves Martineau. Quant à moi, cependant, ils m’ont avisé qu’ils voulaient «me signer», mais que malheureusement j’étais trop vieux.


Tu as excellé lors des séries avec les Bisons.

Bernard Héneault m’a avisé que j’étais le lanceur partant du premier match. J’ai été choisi le joueur par excellence des séries avec une fiche de 9-0. Dans deux de ces matchs, j’ai retiré 17 frappeurs sur trois prises sur une possibilité de 21 retraits.


Ta première voiture.

Une Chevette 1981. Ma blonde, qui est devenue mon épouse, Francine Gendron, levait le pied de la pédale d’accélérateur et enfonçait la pédale d’embrayage, pendant que moi je dirigeais le levier de vitesse, de Tremblant à Val-d’Or.


Trop vieux pour Atlanta mais pas pour les Pirates.

Le recruteur des Pirates, Steve Oleschuk, m’a offert un contrat que j’ai accepté après quelques heures de négociations.


Tu te croyais riche.

Je voulais rencontrer le directeur de la banque, car j’avais un gros montant d’argent à déposer. En voyant le montant de 7500 $ US, la caissière m’a tout simplement dit que nous n’avions pas besoin du directeur.


Tu as joué contre Michael Jordan... au baseball.

L’ancien joueur des Expos Terry Francona était le gérant de l’équipe dont faisait partie Michael. Je lui ai dit que ma conjointe avait une photo autographiée de lui, alors il s’est empressé de me dire qu’il voulait la rencontrer. J’affrontais Jordan pour la première fois et j’ai failli l’atteindre.


Tu as demandé un autographe à seulement trois athlètes.

Le premier est le plus important, mon idole de toujours, Guy Lafleur, et à l’ancien quart-arrière Marcus Allen.


Le troisième, Michael Jordan, dédicace le message en français.

En riant, je lui ai demandé, après le succès qu’il avait contre moi, de me signer une balle pour un de mes amis, Daniel Asselin, qui célébrait son anniversaire. Sans aucune hésitation il a signé: «Bonne fête à mon ami», en français, sans avoir demandé mon aide.


Janet et Wayne Gretzky étaient des parents dévoués.

Leur fils, Trevor, jouait en soirée à Trois-Rivières pour Québec. Janet et Wayne sont partis tôt le matin dans les boutiques de Québec pour se procurer des articles nécessaires pour l’appartement de leur fils. Encore plus impressionnant, ils ont peint au complet l’appartement avant son arrivée.


Tu as trois magnifiques enfants.

Janel excelle dans l’organisation des événements. Alie-Anne est la musicienne de la famille et Jean-Michel joue au baseball et au hockey. J’ai trois magnifiques enfants qui me procurent tellement d’amour.


Michel est émotionnel quand il me parle de son épouse.

Mon épouse, Francine Gendron, (une pause avant de continuer) est le solage de la famille. Sans elle, je n’aurais pas pu réaliser mes ambitions. Dans mes premières années dans le baseball mineur, je gagnais entre 900$ et 1100$ par mois. Elle ne s’est jamais plainte.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.