/news/society
Navigation

Des sociétés d’histoire locales veulent plus de visibilité

Des sociétés d’histoire locales veulent plus de visibilité
PHOTO COURTOISIE / Loisir et Sport Lanaudière  

Coup d'oeil sur cet article

Des sociétés historiques locales de la région de Lanaudière travaillent ensemble pour se donner plus de visibilité et augmenter leur potentiel de recherche. 

Cette alliance comprend les sociétés d’histoire de Mascouche, Terrebonne, Repentigny, Joliette, Lavaltrie et Saint-Roch-de-l’Achigan. Ces six organismes se sont déjà réunis à 12 reprises depuis leur rapprochement entamé en 2020 avec la création du Réseau des Sociétés d’histoire de Lanaudière (RSHL), afin de collaborer et de partager leurs connaissances.

«Ça fonctionne bien jusqu’à maintenant, c’est génial quand on est pris pour faire des activités en virtuel, a affirmé en entrevue François Tétreault, coordonnateur à la Société d’histoire de Mascouche. On a du monde d’un peu partout dans Lanaudière, d’un peu partout au Québec et même à l’extérieur du Québec.»

Pour Jean Claude De Guire, directeur et archiviste à la Société d’histoire de Joliette, qui existe depuis 1929 et possède une importante collection d’archives contenant notamment des documents de l’époque seigneuriale, cette alliance va permettre de bonifier l’offre aux chercheurs, en plus des services des sociétés d’histoire.

«Il faut toujours penser aux chercheurs, nous a dit M. De Guire. Si on prend Saint-Roch [de-l’Achigan], la municipalité a une histoire très riche, mais ça ne veut pas dire que tout le travail de recherche a été fait.»

Des sociétés d’histoire locales veulent plus de visibilité
PHOTO COURTOISIE / Société d’histoire de Joliette

La plus récente initiative du RSHL est la publication d’une vidéo promotionnelle de près 10 minutes dans laquelle différents porte-parole expliquent la nature de leur travail et interventions.

La vidéo est diffusée depuis la fin avril sur la chaîne YouTube de l’organisme Loisir et Sport Lanaudière.

«Cette vidéo compte parmi les initiatives à faire davantage connaître l’apport des sociétés d’histoire dans leur milieu parce qu’elles sont peu connues», a expliqué Nathalie Dallaire, agente de développement en loisir culturel à Loisir et Sport Lanaudière.

Lise Gauthier, présidente de la Société d’histoire de Saint-Roch-de-l’Achigan, dit avoir déjà perçu un impact de la vidéo qu’elle a présentée vendredi dernier dans le cadre d’une activité publique sur l’histoire de sa municipalité qui a rassemblé une cinquantaine de personnes.

«Les gens étaient tellement contents, ils se sont dit qu’on n’est pas si petit que ça, ils vont en parler, ça va faire du chemin», a indiqué Mme Gauthier.

«On va pouvoir rejoindre des gens qui sont nés à Saint-Roch, mais qui n’y habitent plus», a-t-elle ajouté.

La région de Lanaudière compte trois autres sociétés d’histoire actives, mais non membres du nouveau réseau, soit celles de Saint-Alphonse-Rodriguez, Saint-Lin-Laurentides et Lanoraie.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.