/opinion/faitesladifference
Navigation

Et si on prenait soin de nos familles?

happy family in front of house outdoors
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Quand la tempête se lève, notre famille est le refuge vers lequel nous nous tournons naturellement. Généralement présente à toutes les étapes d’une vie, elle apporte ce réconfort et ce sentiment de sécurité si essentiels lorsque toutes nos certitudes s’effondrent.

Or, avec la COVID-19, ce refuge s’est lui-même retrouvé au cœur d’une tempête. En cette Journée internationale de la famille, il est plus important que jamais, cette année, de reconnaître les efforts que les familles du Québec ont faits. Nous leur devons aussi d’apprendre de cette crise et de planifier l’avenir afin de leur offrir les services dont elles ont et auront encore besoin dans les prochains mois, voire les prochaines années.

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

S’adapter à la pandémie

En mars 2020, toutes nos familles, qu’elles soient nucléaires, recomposées, éclatées, soloparentales, homoparentales, monoparentales, biologiques, adoptives ou choisies, se sont serré les coudes et ont porté des messages d’espoir à grands coups d’arcs-en-ciel. Toutefois, au fil des jours, qui sont devenus des semaines, des mois puis des années, détresse, frictions, tensions et conflits ont émergé.

D’un point de vue social, cela n’a rien de bien étonnant puisque, confrontés à un événement comme la pandémie, qui déstabilise et bouleverse le quotidien, tous ont dû relever le défi de l’adaptation. Celle-ci, par définition, crée du stress et, parfois, de l’anxiété. Nous nous révélons alors des parents moins patients, des adolescents plus renfermés, des enfants plus anxieux, des grands-parents plus inquiets, des amis moins présents.

Ajoutez à cela une organisation familiale particulièrement complexe en raison de l’école à la maison, du télétravail et de l’absence de l’aide des grands-parents ou du soutien habituel : les jours plus cléments ont pu sembler bien lointains aux familles québécoises. Avec un retour progressif vers la normalité, certaines familles semblent sortir la tête de l’eau, alors que d’autres vivent encore les contrecoups de l’orage et poursuivent leur rétablissement.

Avec du recul, force est de constater que nous en avons demandé beaucoup aux familles durant ces deux dernières années. Elles ont pris le relais là où l’État ne pouvait plus assumer pleinement son rôle.

L’importance de redonner

Et si, à l’occasion de la Journée internationale des familles, en plus de les célébrer dans toutes leurs formes pour tout ce qu’elles accomplissent et les efforts déployés au cours des deux dernières années, on s’engageait à leur redonner ?

Comment ? En remplissant les promesses qu’on leur a faites.

En souscrivant tous à la vision de la famille et de l’intérêt de l’enfant articulée dans le rapport de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse.

En s’assurant que cette vision se transpose dans les nouvelles politiques gouvernementales, notamment dans le Plan santé.

En mettant l’épaule à la roue pour créer une société bienveillante, solidaire et inclusive où les parents et les enfants qui vivent des difficultés pourront trouver le soutien et l’aide dont ils ont besoin.

En leur offrant des services de santé et psychosociaux, notamment dans les CLSC, des milieux de garde, un réseau de l’éducation ainsi que des activités communautaires et de loisirs adaptés à leurs besoins et à leurs réalités.

Pour que tout cela se concrétise, il doit y avoir suffisamment de professionnels du domaine de la santé mentale et des relations humaines, notamment de travailleurs sociaux et de thérapeutes conjugaux et familiaux, pour épauler les familles au quotidien afin qu’elles soient prêtes à faire face à la prochaine tempête, qu’elles aient de l’aide dans la tourmente et qu’elles profitent du soleil qui pointe à l’horizon.

happy family in front of house outdoors
Photo courtoisie

 Pierre-Paul Malenfant, président de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.