/opinion/columnists
Navigation

L’ère de la politique internationale

UKRAINE-RUSSIA-CONFLICT
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous remarqué comme les nouvelles internationales sont de plus en plus au centre de notre attention ?

Certains diront que je prêche pour ma paroisse. Il n’en demeure pas moins que les événements internationaux occupent une place de plus en plus considérable dans nos vies.

Longtemps, les Québécois ont semblé moins intéressés à la politique internationale que la plupart des autres peuples du monde.

Mais les Québécois voyagent de plus en plus. Ils côtoient de plus en plus d’autres Québécois dont les familles proviennent des quatre coins de la planète. Les jeunes en particulier sont friands de politique internationale.

Ainsi, contrairement à il y a bien des années, entrer à l’université dans un programme d’études en relations internationales exige maintenant une cote R élevée, tant la demande est forte.

La guerre en Ukraine est typique de la nouvelle place qu’occupe la politique internationale dans les préoccupations des Québécois. Cette guerre n’est pas lointaine. La menace nucléaire aide à comprendre que ses conséquences sont proches de nous. Les réseaux sociaux la rendent immédiate.

Changements climatiques et fondamentalisme

La même chose pourrait être dite à propos des changements climatiques ou de la montée de l’islamisme.

Que la Chine ouvre de nouvelles centrales au charbon n’est pas une vague question chinoise. C’est un problème qui aura des impacts majeurs sur notre vie quotidienne.

Que des fondamentalistes religieux, tant aux États-Unis avec l’avortement, ou ailleurs, avec entre autres la charia, tentent d’établir une terreur religieuse peut ébranler les fondements de nos propres droits et libertés.

  • Écoutez l'édito de Loïc Tassé à l'émission de Benoit Dutrizac diffusée chaque jour en direct 10 h 30 via QUB radio :

Inflation et pandémie

Des problèmes politiques, qui auparavant étaient locaux ou nationaux, peuvent avec facilité se transformer en problèmes mondiaux. Inversement, des problèmes autrefois lointains nous touchent à présent très rapidement, avec des effets parfois puissants.

Prenez l’exemple de l’inflation galopante qui sévit un peu partout. La mollesse des interventions des banques centrales peut certainement expliquer une partie de celle-ci. Mais la pandémie, la guerre en Ukraine et les politiques économiques de la Chine en expliquent certainement une partie encore plus grande.

De même la pandémie de COVID19 est affectée par les taux de vaccination des diverses populations du monde. Les politiques de vaccination et de confinement deviennent ainsi l’affaire de tout un chacun.

Quand les dirigeants chinois divaguent dans leurs mesures de lutte contre la COVID19, ou mentent, comme au début de la pandémie, ils mettent en péril tous les humains. Il n’existe plus de politique intérieure chinoise, que les étrangers devraient supposément s’abstenir de commenter.

Beaucoup de politiciens ne saisissent pas bien la nature de plus en plus internationale de la politique. Pourtant, tout laisse penser que nous sommes entrés dans une nouvelle ère politique marquée par l’internationalisation des problèmes.

Les politiciens d’ici feraient bien d’y réfléchir. Les électeurs québécois et canadiens sont en avance sur plusieurs d’entre eux dans ce domaine.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.