/sports/hockey
Navigation

Jonathan Huberdeau est en mode gagner

Le Québécois n’a pas produit comme il l’aurait souhaité au tour initial et il compte rebondir face à Tampa Bay

HKN-SPO-FLORIDA-PANTHERS-V-WASHINGTON-CAPITALS---GAME-SIX
Photo AFP Jonathan Huberdeau n’a pas joué à la hauteur de son talent face aux Capitals de Washington.

Coup d'oeil sur cet article

SUNRISE | Jonathan Huberdeau avait déjà le statut de joueur étoile dans la LNH. Mais il a atteint un autre niveau encore plus rare, celui de superétoile. Les chiffres parlent d’eux-mêmes avec 30 buts, 115 points et un dossier de +35. 

• À lire aussi: Un cinquième trophée Selke pour Patrice Bergeron?

• À lire aussi: Le Lightning en position très inhabituelle

Huberdeau a écrit son nom dans le livre des records de la LNH pour un ailier gauche avec une récolte de 85 passes. S’il se dit heureux de sa saison, le Québécois cherche maintenant à l’oublier. Il a les yeux sur un objectif encore plus grand, celui de conduire son équipe vers une première conquête de la coupe Stanley. 

Vainqueurs des Capitals de Washington en six matchs au premier tour, les Panthers auront encore un long chemin avant la terre promise. Le Lightning de Tampa Bay, les gagnants de la coupe Stanley en 2020 et en 2021, se placera sur leur route pour une deuxième année d’affilée en séries. 

« Cette année, c’était vraiment une belle année, a reconnu Huberdeau après l’entraînement matinal des siens mardi au FLA Live Arena de Sunrise. J’ai aussi bien joué défensivement. C’était important pour moi. Ça m’a permis d’atteindre un autre niveau dans mon jeu. Je suis content de ma saison. Mais je veux aussi élever mon jeu pour les séries. Et je ne l’ai pas fait au premier tour. Pour le deuxième tour, je veux le faire. »

HKN-SPO-FLORIDA-PANTHERS-V-WASHINGTON-CAPITALS---GAME-SIX
Photo AFP

L’Important, c’est de gagner

Sur le plan offensif, Huberdeau a connu un lent départ avec trois points (1 but, 2 passes) en six matchs contre les Capitals. 

« Non, je n’étais pas vraiment content de mon jeu contre les Caps, a-t-il rappelé. Je reste exigeant envers moi. Je veux participer aux succès de l’équipe. Mais le plus important, c’est de gagner. Quand je ne produis pas, je dois faire d’autres jeux et bien travailler défensivement. On a gagné, c’est ça l’important. »

« Pour le deuxième tour, je veux revenir plus relaxe et mieux jouer, a poursuivi celui qu’on surnomme “Huby Dooby Doo”. J’étais un peu nerveux contre Washington. On a gagné le premier tour, c’était gros pour nous. Je veux maintenant avoir du plaisir et continuer la route. »

Avec « Jumbo Joe » 

Connor McDavid a terminé au sommet de la LNH avec 123 points. Huberdeau et Johnny Gaudreau se sont partagé le deuxième rang à 115 points. À 28 ans, le Québécois a touché au chiffre magique des 100 points pour la première fois de sa carrière professionnelle. 

« Tu n’y penses pas vraiment quand tu te retrouves en séries, a-t-il répliqué. Mais oui, c’était le fun d’atteindre le plateau des 100 points. [Joe] Thornton m’a dit : “bienvenue dans le club sélect des gars de 100 points”. C’était cool. Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui peuvent atteindre ce chiffre. La LNH est un peu plus offensive maintenant, il y a eu plus de joueurs avec 100 points cette saison. Mais je veux maintenant aussi faire un peu de points en séries pour mon équipe et l’aider à gagner. »

Thornton, qui n’a toujours pas joué depuis le début des séries avec la Floride, a récolté 100 points ou plus à trois reprises dans la LNH. « Jumbo Joe » l’a fait en 2002-2003 (101) avec les Bruins, en 2005-2006 (125) avec Boston et San Jose et en 2006-2007 (114) avec les Sharks.

Cette saison, il y a eu huit joueurs avec 100 points et plus. On parle quand même d’un phénomène assez rare.  

Plus en confiance

Aux yeux d’Andrew Brunette, Huberdeau appartient à la catégorie des grands de la LNH. 

« Il joue comme une supervedette, a dit l’entraîneur-chef des Panthers. Il a gagné en confiance avec son rendement contre Tampa au premier tour des séries l’an dernier. Il a tellement bien joué. Pour lui, de voir qu’il peut rivaliser avec les meilleurs au monde sur la plus grande tribune lui a donné beaucoup de confiance.

Il s’est présenté au camp en grande forme, la meilleure que j’ai vue en plusieurs années depuis que je suis ici et il a pris son envol. Il a commencé à croire qu’il pouvait jouer avec les meilleurs. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.