/news/currentevents
Navigation

La CNESST ordonne l’arrêt des travaux au Domaine-de-l’Estérel

Estérel
Courtoisie La possible présence d’amiante a forcé la CNESST à ordonner l’arrêt des travaux sur le chantier du Domaine de l’Estérel où un bâtiment classé patrimonial a été démoli illégalement vendredi.

Coup d'oeil sur cet article

Quelques jours après avoir détruit illégalement un joyau patrimonial des Laurentides, le promoteur Olymbec s’est vu ordonner un arrêt des travaux sur le même chantier en raison de la possible présence d’amiante, a appris le Journal. 

• À lire aussi: Destruction illégale du patrimoine malgré une protection du gouvernement du Québec

«L’arrêt des travaux a été ordonné puisqu’il y a des matériaux susceptibles de contenir de l’amiante. Le bâtiment est construit à la fin des années 30, une période où l’utilisation de l’amiante était mise dans plusieurs matériaux de construction», a expliqué Cindy L’Heureux, communicatrice régionale pour la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Cette dernière a dépêché une inspectrice sur le chantier du Centre commercial du Domaine-de-l’Estérel hier après avoir reçu un signalement par téléphone.

Elle a décidé le jour même de suspendre le chantier où trois jours plus tôt, la partie classée patrimoniale par le gouvernement du Québec construite en 1936 avait été démolie illégalement.

Cela avait poussé la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, à déclencher une enquête pour faire la lumière sur cette destruction non autorisée.

Pas sécuritaire

Bien qu’elle n’ait «pas de certitude» sur la présence d’amiante dans les matériaux et débris à ce moment-ci, la CNESST dit avoir agi par «prudence».

Elle a demandé à l’employeur de vérifier s’il y a de l’amiante sur le site en plus de lui transmettre ses méthodes de travail sur les chantiers où la substance est présente.

«La reprise des travaux sera autorisée lorsque l’entrepreneur se sera conformé, c’est-à-dire qu’il soumettra une méthode de travail sécuritaire», a fait savoir Mme L’Heureux, présidant qu’un «suivi rigoureux» serait effectué par la CNESST.

Olymbec plaide l’erreur

De son côté, le promoteur Olymbec est sorti de son mutisme mardi pour promettre la reconstruction de la partie patrimoniale détruite et plaider que sa démolition était «involontaire».

«Nous sommes atterrés de cet accident et entendons faire la lumière sur la chaîne d’événements et ses causes, a déclaré M. Richard Stern, président d’Olymbec, par voie de communiqué.

L’entreprise précise qu’elle envisage des procédures judiciaires contre l’entrepreneur qu’elle avait retenu pour les travaux de démolition de la partie non patrimoniale du bâtiment. 

Ce dernier avait reçu des directives «plus que claires» pour préserver la section patrimoniale, a assuré M. Stern.

En ce qui concerne l’amiante, l’entreprise s’est engagée à prendre les précautions «conformes aux meilleures pratiques», notamment en faisait les arrosages lors des déplacements des matériaux, à installer une clôture autour du site et à recouvrir les débris d’une bâche.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.