/finance/business
Navigation

Le Québec presque «la risée de la planète» en matière d’immigration

Le patronat veut relancer de toute urgence le programme d’immigrants investisseurs

ELECTION FEDERALE - Justin Trudeau
Photo d’archives, Ben Pelosse Il y a trois mois, Le Journal a raconté l’histoire du riche homme d’affaires originaire du Texas, Albert Valera, qui attendait son numéro de dossier d’Immigration Canada. Depuis, il l’a obtenu, mais rien ne bouge au fédéral.

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec est en passe de devenir la risée du monde en tournant le dos aux immigrants investisseurs, déplore le Conseil du patronat du Québec (CPQ), qui vient de publier son livre blanc pour relancer d’urgence l’immigration économique dans son ensemble.

• À lire aussi: L’immigration est la solution au problème

• À lire aussi: Le patronat recommande des seuils de 80 000 immigrants

«Sans dire que l’on est la risée de la planète, au Québec, on est vraiment mal positionné pour accueillir les immigrants», lance au Journal Denis Hamel, vice-président aux politiques de développement de la main-d’œuvre au CPQ.

«On envoie un mauvais message à l’international en disant que les immigrants investisseurs ne sont pas les bienvenus», a-t-il ajouté.

Alors que le marché du travail québécois devra pourvoir plus de 1,4 million d’emplois d’ici 2026, le CPQ a publié hier son nouveau Livre blanc sur l’immigration pour relancer le débat en vue des élections de l’automne.

D’après le patronat, «le constat est accablant» et l’augmentation des seuils d’immigration à 80 000 ou même 100 000 par année est vitale vu la vigueur de l’économie et la population québécoise vieillissante.

Exigence du français, reconnaissance des acquis, programme des travailleurs étrangers temporaires... le CPQ a publié 18 recommandations pour que le vent tourne au plus vite.

«Depuis 2016, le nombre de personnes immigrantes qui arrivent au Québec de façon permanente est en constante diminution, alors que le nombre d’emplois vacants atteint des sommets historiques», alerte le CPQ.

Investissement de 4 M$ pour rien

Pour Albert Valera, un riche investisseur américain accepté par le Québec, ce sont les délais d’immigration au palier fédéral qui n’ont rien de drôle.

L’entrepreneur qui a dû attendre plus de 19 mois pour avoir un simple numéro de dossier d’Immigration Canada l’a finalement obtenu, mais il doit encore attendre pour finaliser sa démarche.

«Le gouvernement fédéral continue d’utiliser le COVID-19 comme excuse pour ses performances médiocres et son arriéré croissant», dénonce l’homme.

«Les 4 millions de dollars et plus que j’ai investis au Québec sont totalement à risque, surtout si je ne peux pas faire prolonger mon permis de travail, qui expire en septembre. Ce n’est pas une façon de vivre sa vie», soupire-t-il.

Pour Marc-André Séguin, d’EXEO Avocats, le fait que le Programme des investisseurs immigrants du Québec (PIIQ) soit fermé depuis 2019, alors que celui des Américains vient de subir une cure de rajeunissement à la mi-mars, risque de faire perdre des milliards d’investissements.

L’équivalent d’une salle de classe

Pour ce qui est du programme des entrepreneurs et des travailleurs autonomes, qui n’acceptera cette année que 75 nouvelles candidatures, Marc-André Séguin est cinglant.

«Au final, tenant compte des refus et abandons qui viendront inévitablement, ça fait juste assez d’immigrants d’affaires de plus pour remplir une salle de classe au secondaire», conclut-il.


Ces deux dernières années, dans le secteur manufacturier, plus de 18 milliards $ de contrats refusés ou d’opportunités non saisies ont découlé du manque de main-d’œuvre et de la baisse de l’immigration, selon le CPQ.

Les 10 principales mesures proposées par le patronat pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre  

1. Hausser le nombre d’immigrants admis à 80 000 ou 100 000

2. Revoir le programme des travailleurs qualifiés 

3. Remettre les programmes des investisseurs 

4. Réexaminer l’exigence du français de niveau 7 

5. Adapter les cours de francisation à la réalité 

6. Prioriser les personnes connaissant le français

7. Avoir un test de français adapté à la réalité québécoise

8. Harmoniser les exigences fédérales et provinciales des étudiants 

9. Rendre permanent le 30 % de la limite de travailleurs à bas salaires

10. Évaluer le permis de travail « multi-employeur » pour les travailleurs étrangers temporaires 

Source : Livre blanc sur l’immigration du Conseil du patronat du Québec

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.