/finance/business
Navigation

Les syndiqués de Bombardier entament une grève du temps supplémentaire

Coup d'oeil sur cet article

Les travailleurs syndiqués de Bombardier ont entamé une grève du temps supplémentaire mercredi qui se poursuivra jusqu’au 23 mai prochain.

C’est à la hauteur de 97 % que les membres du syndicat ont voté en faveur de l’exécution de moyens de pression visant l’employeur, mardi soir, a précisé l'Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l'aérospatiale (AIMTA).

Le vote a été entériné avec un taux de participation de 77%.

«Bombardier continue de négocier en toute bonne foi pour mener à bien une nouvelle convention collective», a répondu la compagnie devant l’annonce de l'issue du vote et de la mise en marche du moyen de pression.

Une offre globale avait été déposée par l’employeur, mais le syndicat s’est abstenu de la présenter, car «l’augmentation des salaires, l’impartition et l’indexation aux rentes des retraités sont toujours en litige». Le syndicat a toutefois proposé une contre-offre à l’employeur, dont la décision sera dévoilée le 23 mai.

En date du 29 avril, les enjeux faisant l’objet d’un contentieux étaient la hausse salariale, la durée de la convention collective, la protection contre l’impartition et l’indexation de la rente pour les retraités.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.