/sports/hockey
Navigation

Lightning: les attraits d’une équipe championne

« Je cadre mieux avec des équipes qui ont des chances de gagner » – Pierre-Édouard Bellemare

Auteur du but victorieux lundi soir, Pierre-Luc Bellemare (au centre) a partagé sa joie avec Pat Maroon et Corey Perry.
Photo AFP Auteur du but victorieux lundi soir, Pierre-Luc Bellemare (au centre) a partagé sa joie avec Pat Maroon et Corey Perry.

Coup d'oeil sur cet article

SUNRISE | Pierre-Édouard sort d’un entraînement sur la glace du FLA Live Arena. Il n’a pas encore mangé son bol de nachos avec de la salsa et du guacamole quand il s’arrête pour parler à un trio de journalistes francophones.  

• À lire aussi: Verhaeghe, une étoile sur le tard

• À lire aussi: Ben Chiarot paie pour un geste de frustration

La veille, Bellemare a marqué le but gagnant dans le premier match de cette bataille de la Floride. Une victoire de 4 à 1 du Lightning contre les Panthers. Pour une rare fois, le Français sortait de l’ombre dans cette équipe remplie de gros noms. 

« Je n’ai pas beaucoup de buts en séries pour vous dire la vérité, a lancé Bellemare avec un grand sourire dans le visage. Ce n’est pas généralement le rôle qu’on demande pour un centre du quatrième trio. Mais Cooper nous a fait confiance avec une mise en jeu en territoire offensif. On l’a remercié en marquant un gros but. » 

« Quand il marque, tu peux voir la réaction des coéquipiers, a renchéri Jon Cooper. Les gars étaient vraiment heureux. Tu ne lis pas souvent son nom dans le journal, mais il fait un paquet de choses importantes. Il est un joueur d’équipe. C’est pour ça qu’il est toujours convoité par plusieurs équipes. »

Auteur du but victorieux lundi soir, Pierre-Luc Bellemare (au centre) a partagé sa joie avec Pat Maroon et Corey Perry.
Photo AFP

D’une 2e division en Suède à Tampa

Un joueur convoité. À 37 ans, Bellemare a roulé sa bosse depuis son départ des Flyers de Philadelphie en 2016-2017. Il a joué deux ans avec les Golden Knights de Vegas, deux ans avec l’Avalanche du Colorado et il se retrouve maintenant avec le Lightning. 

Il a donc visité trois vestiaires de très bonnes équipes de la LNH, atteignant la finale en 2018 lors de la première saison à Vegas. 

Julien BriseBois l’a attiré à Tampa le 28 juillet en lui proposant un pacte de deux ans et deux millions (un million par année). Le directeur général du Lightning a consenti exactement le même contrat à Corey Perry. Il cherchait deux bons vétérans pour de la profondeur au sein d’une équipe déjà bien nantie. 

« On avait des offres ailleurs, mais on voulait jouer ici, a résumé Bellemare. Perry a gagné plus d’argent que moi au cours de sa carrière. Moi, à un million, c’est logique. Ce l’est un peu moins pour lui. Mais on est très heureux d’être ici. » 

Bellemare a ensuite fait un retour dans le passé pour mieux apprécier le présent. 

« Il y a plusieurs années, je me retrouvais en 2e division en Suède. Je me battais pour une place de 13e attaquant, je n’étais même pas dans l’équipe, a-t-il rappelé. Au même moment, Perry gagnait la Coupe Stanley avec les Ducks [2007]. Quand j’étais en 2e division en Suède, je ne regardais même pas la LNH. Je croyais que c’était inatteignable. »

« Maintenant, je joue avec Corey au sein du même trio. Des fois, je me retrouve à lui donner des conseils et il fait la même chose avec moi. C’est quand même magnifique, le hockey. Ça faisait partie de trouver une équipe qui veut gagner la coupe et des joueurs qui ont le même objectif. »

Auteur du but victorieux lundi soir, Pierre-Luc Bellemare (au centre) a partagé sa joie avec Pat Maroon et Corey Perry.
Photo AFP

Une éponge

Bellemare a expliqué longuement ce qu’il trouvait attirant d’une équipe comme le Lightning. 

« Honnêtement, j’étais intrigué de savoir ce qui se passait dans ce vestiaire et au sein de l’organisation du Lightning. Tu ne gagnes pas deux fois la Coupe Stanley en deux ans par hasard. Quand je suis devenu joueur autonome, j’ai parlé à plusieurs équipes qui avaient participé aux séries. Mais j’étais vraiment intrigué par Tampa. »

« Je voulais voir ce que Victor [Hedman] faisait, ce que Kuch [Nikita Kucherov] faisait, ce que Stammer [Steven Stamkos] faisait. J’ai essayé d’apprendre d’eux. Je suis à des années-lumière de Kuch. J’aime être une éponge, je veux apprendre des trucs. Ça ne me dérange pas de dire que je suis nul dans certains trucs et de demander des conseils à des coéquipiers. »

Le besoin de gagner

Très efficace au cercle des mises en jeu, en infériorité numérique et pour bloquer des tirs, Bellemare a trouvé sa niche avec le Lightning. 

« Je ne sais pas si dans ma tête, je me disais que je devais à tout prix me joindre à une équipe qui gagnera la Coupe Stanley. Pour moi au hockey, tu as toujours besoin d’apprendre. Le jour où je n’aurai plus ce désir d’apprendre, j’arrêterai de jouer. »

« Je ne veux pas parler en mal des équipes qui ne participent pas aux séries, mais dans mon rôle et mon style de jeu, je cadre mieux avec des équipes qui ont des chances de gagner. Si tu bloques cinq tirs avec une équipe qui perd 6 à 0, tu passes plus inaperçu. Je joue au hockey pour gagner. »


  • Atteint d’un tir du défenseur Brandon Montour en deuxième période, Erik Cernak a participé à l’entraînement du Lightning. Le défenseur n’avait pas joué en troisième période et pour les dernières minutes du deuxième engagement. Cooper a dit qu’il s’attendait à le voir en uniforme.
  • Cooper a confirmé que l’attaquant Brayden Point manquera un deuxième match d’affilée face aux Panthers. 
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.