/sports/hockey
Navigation

Erreur fatale

Coup d'oeil sur cet article

SUNRISE | Martin St-Louis dit souvent que le hockey, c’est comme des mathématiques. Il y a toujours plusieurs calculs sur une glace. Les Panthers ont fait les bonnes additions et soustractions dans cette rencontre, mais ils ont complètement bousillé leur dernier problème à résoudre. 

• À lire aussi: Le K.-O. avec 3,8 secondes

Avec un pointage de 1 à 1 en fin de troisième période, on se destinait vers une prolongation pour cette deuxième rencontre entre le Lightning et les Panthers. Mais le Lightning a trouvé une façon d’éviter cette quatrième période en marquant un but gagnant avec 3,8 secondes encore au cadran. 

« Le Lightning est une équipe qui ne fait pratiquement pas d’erreurs, a résumé Andrew Brunette. Nous avons joué pendant 59 minutes et 40 secondes sans faire trop d’erreurs. Nous avons joué notre match. Je trouvais que nous avions plus d’énergie et de combativité. Mais les 20 dernières secondes laissent un goût très amer. »

Un jeu imprévisible

Sur le but gagnant, il y a eu confusion derrière le filet de Sergeï Bobrovsky alors que Gustav Forsling et MacKenzie Weegar ont chacun foncé sur Nikita Kucherov pour ouvrir la porte à Ross Colton. 

« C’était difficile de prédire sa passe (Kucherov), a reconnu Bobrovsky. Il était derrière le filet, il a fait une bonne passe et c’était un bon tir (Colton). »

Brunette avait envoyé son quatrième trio avec Eetu Luostarinen, Noel Acciari et Patric Hornqvist pour les dernières secondes de cette troisième période. Les Panthers sortaient d’un avantage numérique où ils avaient joué avec cinq attaquants. L’entraîneur en chef se retrouvait donc avec moins d’options puisque plusieurs de ses attaquants n’avaient plus d’essence dans leur réservoir. 

« J’ai aimé notre match, nous étions dans une bonne position, a résumé Brunette. Nous contrôlions la rondelle avec 20 secondes. Mais nous ne l’avons pas bien géré. Nous avons commis une erreur fatale. Nous avions la rondelle derrière notre filet. Nous avons perdu une bataille. » 

Un vestiaire silencieux

C’était prévisible. Mais il n’y avait pas une ambiance survoltée dans la salle de conférence des Panthers après la rencontre. C’était aussi calme et silencieux qu’à la sortie des partisans des gradins à la toute fin de la rencontre. 

« Nous aurons besoin de nous regrouper, nous devrons rester une équipe unie, a résumé Bobrovsky. Nous étions tous déçus après la rencontre. Nous restions silencieux dans le vestiaire. Mais nous sommes des professionnels. Nous connaissons l’enjeu pour le prochain match. Nous pouvons changer le futur, pas le passé. »

Brunette a aussi reconnu que ce revers avait l’effet d’un coup de poignard. 

« C’est très difficile, ce n’est pas évident, a souligné l’entraîneur en chef des Panthers. Il n’y a pas de doute que ça fait mal. En séries, nous traversons des montagnes russes. Mais le soleil se lèvera encore demain. »

« Nous aurons besoin de jouer comme nous l’avons fait pour la très grande majorité de nos deux premiers matchs. Ça rentre dans la catégorie de l’apprentissage. »  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.