/sports/hockey
Navigation

Panthers: nouveau logo, même passion pour Claude Giroux

L'attaquant s’adapte très bien à son nouvel environnement en Floride

HKN-SPO-FLORIDA-PANTHERS-V-WASHINGTON-CAPITALS---GAME-FOUR
Photo AFP Claude Giroux avait placé les Panthers de la Floride comme destination de choix vers la fin de son séjour chez les Flyers de Philadelphie.

Coup d'oeil sur cet article

SUNRISE | Il portait le « C » de capitaine. Avec ses cheveux roux, il se fondait encore plus facilement dans le décor orange et noir des Flyers. Mais il n’y a jamais rien d’éternel dans la vie, comme au hockey. 

• À lire aussi: «C’était un départ affreux»

• À lire aussi: Verhaeghe, une étoile sur le tard

Après 1000 matchs à Philadelphie, Claude Giroux a expérimenté la réalité d’une transaction pour la première fois de sa carrière. Le 19 mars dernier, il a fait ses valises pour la Floride. 

Il se retrouve maintenant avec les Panthers depuis exactement deux mois. 

« Oui, je m’y suis habitué à mon nouveau logo, a dit Giroux à quelques heures du deuxième match du deuxième tour contre le Lightning de Tampa Bay. Pour la première semaine, je trouvais ça bizarre un peu. »

« Une fois que tu as joué quelques matchs, tu connais mieux les gars et tu sens que tu fais partie de l’équipe. Je ne pense pas vraiment aux Flyers dernièrement. »

HKN-SPO-FLORIDA-PANTHERS-V-WASHINGTON-CAPITALS---GAME-FOUR
Photo AFP

Une transition facile

Giroux a endossé l’uniforme des Panthers pour 18 matchs en fin de saison. À 34 ans, il a encore une fois trouvé une façon de produire à un bon rythme avec 22 points (3 buts, 19 passes). Depuis le début des séries, le Franco-Ontarien a maintenu une cadence semblable avec huit points (3 buts, 5 passes) en huit rencontres.  

« C’était une transition facile pour Claude, a noté l’entraîneur en chef, Andrew Brunette. Mais c’est souvent difficile quand tu changes d’équipe. J’ai déjà expérimenté ça comme joueur ou entraîneur. Quand il y a un nouveau joueur, tu cherches parfois des façons de bien l’intégrer. Autant le joueur que l’entraîneur ont besoin de faire des sacrifices. »

« G [Giroux] est arrivé ici avec une ouverture d’esprit, a poursuivi Brunette. Il était prêt à camper n’importe lequel des rôles qu’on voulait lui donner. Il veut juste gagner. Il est un joueur cérébral, il est utile dans plusieurs situations. Il apporte aussi une bonne dose de communication avec notre groupe. Nous avions besoin de ça. Il cadre réellement bien avec notre équipe. »

Ancien coéquipier chez les Flyers, Radko Gudas se réjouissait de son arrivée sous le chaud soleil de la Floride. 

« J’étais vraiment excité quand j’ai appris la transaction, a mentionné le robuste défenseur. Il est un joueur qui peut changer un match ou une série. J’étais heureux de la décision de l’équipe. J’avais hâte de renouer avec lui, je lui ai téléphoné rapidement après la transaction. Claude est un gros morceau de notre équipe. »

HKN-SPO-FLORIDA-PANTHERS-V-WASHINGTON-CAPITALS---GAME-FOUR
Photo AFP

Fin spéciale

À Philadelphie, Giroux a également vécu une sortie heureuse. Chuck Fletcher, le directeur général, lui a laissé le temps de jouer son 1000e match dans la LNH avec l’équipe qui l’avait repêché au premier tour de 2006. 

Pour Giroux, c’était une façon parfaite de clôturer une très longue aventure. Mais, en plein cœur des séries, l’attaquant originaire de Hearst (Ontario) n’avait pas trop le goût de se replonger dans le passé. 

« Oui, mon 1000e match avec les Flyers restera toujours un beau souvenir pour ma famille, moi-même, mes coéquipiers et les partisans à Philadelphie. Mais comme c’est là, je n’y pense pas. » 

Giroux avait ciblé les Panthers pour sa prochaine destination, et les Flyers ont respecté son choix. 

« J’ai eu la chance de jouer contre eux pendant la saison et j’aimais leur façon de jouer. J’avais aussi entendu de bonnes choses au sujet de l’organisation. Je voulais venir ici. »

Avec les Panthers, Giroux a rapidement tissé des liens avec Brunette, l’un des trois finalistes pour le trophée Jack-Adams, décerné à l’entraîneur de l’année dans la LNH. 

« Il fait un bon boulot. Il écoute les joueurs dans le vestiaire. Il a joué dans la LNH longtemps et il sait ce que ça représente d’être un joueur dans cette ligue. Il n’a pas oublié ça. Tu peux voir que les gars le respectent beaucoup et ils veulent jouer pour lui. Il méritait de se retrouver parmi les candidats pour ce trophée. »


Les Panthers ont échangé l’ailier Owen Tippett, le 10e choix au total au repêchage de 2017, ainsi qu’un choix conditionnel de 1er tour en 2024 et un choix de 3e tour en 2023 contre Giroux et les attaquants German Rubtsov et Connor Bunnaman, deux joueurs qui se retrouvent dans la Ligue américaine avec les Checkers de Charlotte.  

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.