/opinion/columnists
Navigation

Les protégés de Trump déçoivent

US-DONALD-TRUMP-HOLDS-PENNSYLVANIA-RALLY-WITH-GOP-SENATE-CANDIDA
Photo AFP Le candidat républicain au Sénat américain, le Dr Mehmet Oz, et Donald Trump, lors d’un rassemblement en faveur de sa campagne le 6 mai dernier en Pennsylvanie.

Coup d'oeil sur cet article

Les élections primaires en cours confirment que l’emprise de Donald Trump sur son parti est forte, mais pas aussi totale que celle du trumpisme.

Mardi, c’était jour d’élections primaires en Caroline du Nord, en Idaho, au Kentucky, en Oregon et en Pennsylvanie. Les candidatures endossées par Trump ont obtenu des résultats mitigés, mais les primaires confirment que la droite populiste trumpiste et l’adhésion au « grand mensonge » de l’ex-président par rapport à l’élection de 2020 dominent le Parti républicain.

Trump encaisse des défaites

À Mar-a-Lago, Trump fulmine à la suite des contre-performances de ses favoris les plus en vue.

Madison Cawthorn, le jeune représentant de Caroline du Nord que Trump soutenait même s’il s’est aliéné la quasi-totalité de ses collègues du Congrès en collectionnant les scandales, a été défait par un obscur politicien local.

En Idaho, la protégée de Trump Janice McGeachin, une idéologue d’extrême droite stridente, a été laminée par le gouverneur Brad Little, un républicain déjà passablement à droite.

La Pennsylvanie en vedette

Dans cet État clé qu’il a perdu de justesse en 2020, Trump a misé gros sur deux candidats. Pour l’investiture républicaine au poste de gouverneur, son préféré Doug Mastriano l’a emporté haut la main. Mastriano, qui avait marché sur le Capitole dans la foule des insurgés le 6 janvier 2021, a promis d’infléchir le processus électoral en faveur de Trump en 2024.

Trump a misé encore plus gros sur le candidat au Sénat Mehmet Oz, un médecin célèbre pour ses passages à la télévision et dans les revues à potins. Il devrait y avoir recomptage, mais Oz semble avoir vaincu de peu David McCormick, proche de l’establishment républicain.

La forte troisième place de Kathy Barnette, une Afro-Américaine ultraconservatrice plus trumpiste que Trump, est venue brouiller les cartes. 

L’authenticité de Barnette a presque eu raison du docteur Oz, que Trump admire pour ses succès médiatiques, mais que plusieurs Pennsylvaniens prennent pour un imposteur dont les convictions conservatrices sonnent faux.

Pour briguer ce siège au Sénat, les démocrates ont très majoritairement choisi John Fetterman, un charismatique géant de deux mètres dont le style direct et anticonformiste a tout pour plaire aux démocrates déçus qui avaient opté pour Trump en 2016. Ce sera une course à suivre.

Autres turbulences en vue

Mardi prochain, l’action se transportera en Géorgie, où Donald Trump cherche à déloger le gouverneur Brian Kemp et le secrétaire d’État Brad Raffensperger, lesquels ont commis le péché inexpiable d’avoir refusé de tripoter les résultats électoraux en sa faveur en novembre 2020.

Selon les sondages, Kemp et Raffensperger devraient infliger deux autres défaites à Trump, qui pourrait se consoler en voyant son favori pour le Sénat, l’ex-footballeur Herschel Walker, accéder au ticket démocrate malgré un lourd bilan de scandales personnels et de déclarations controversées.

Les républicains sont favoris pour reprendre les deux majorités au Congrès en novembre. Ils seront plombés par la radicalisation trumpiste du parti et par les révélations des enquêtes sur les événements du 6 janvier 2021 et sur les allégations contre Donald Trump. 

Toutefois, ce ne sera probablement pas suffisant pour que les démocrates puissent conserver le Congrès, à moins que tous les bobos de l’économie américaine ne disparaissent soudainement.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.