/news/currentevents
Navigation

Sécurité aquatique: deux noyades en moins de 24 heures

Raynald Young
Photos tirées de Facebook À gauche, Raynald Young, 59 ans, a perdu la vie jeudi après-midi après avoir sombré dans le lac à Béliveau, au nord de Sainte-Thérèse-de-Gaspé, en Gaspésie, lors d’une partie de pêche. Marie-Ève Talon, 34 ans, est décédée le même jour après être restée coincée sous l’eau dans la rivière du Moulin, à Saguenay, alors qu’elle faisait une sortie en planche à pagaie.

Coup d'oeil sur cet article

Les plans d’eau du Québec ont fait deux nouvelles victimes en moins de 24 heures, portant le total à 11 décès liés à la noyade depuis le début de l’année, alors que la période estivale ne fait que commencer.

• À lire aussi: Noyade en Gaspésie: un pêcheur perd la vie après être tombé à l’eau

• À lire aussi: Saguenay : Une femme perd la vie après une chute dans la rivière du Moulin

• À lire aussi: Prudence sur les cours d'eau, conseillent les autorités

Amateur de pêche depuis des décennies, Raynald Young se trouvait dans une embarcation avec son frère sur le lac à Béliveau, près de Sainte-Thérèse-de-Gaspé, en Gaspésie, lorsque le drame est survenu, jeudi après-midi.

Alors qu’une prise mordait à l’hameçon, l’homme de 59 ans aurait tiré un grand coup pour récupérer le poisson, raconte le maire de la municipalité, Roberto Blondin, qui connaissait la victime depuis plusieurs années. 

« Le bateau a chaviré, il est tombé à l’eau avec son frère. C’est lui qui a essayé de le sauver au début, mais il n’a pas été capable. Ils ne portaient pas de veste de flottaison », se désole-t-il. 

Le propriétaire d’un chalet aux alentours a entendu les cris à l’aide et a contacté les autorités, en vain. Le décès de M. Young a été constaté à l’hôpital quelques heures plus tard.

Une veste mal attachée

Une situation similaire s’est produite quelques heures plus tard, vers 19 h 30, dans le secteur de Laterrière, à Saguenay.  

Marie-Ève Talon faisait de la planche à pagaie sur la rivière du Moulin avec un groupe d’amies avant de perdre pied et de sombrer dans le cours d’eau.

« La corde attachée à la planche s’est accrochée après une branche. C’est là qu’elle a chaviré et qu’elle est restée coincée sous l’eau », souffle Jean-Rock Bonneau, le beau-père de la victime.

D’après la police de Saguenay, la femme de 34 ans portait une veste de flottaison, mais elle n’était pas attachée. L’équipement s’est donc « détaché de son corps » quand la victime est tombée à l’eau. 

Celle-ci reposait dans un état critique à l’hôpital de Chicoutimi avant de livrer son dernier soupir, ce matin.  

Choc thermique mortel 

Dans les deux cas, le port adéquat d’une veste de sauvetage aurait pu leur sauver la vie, affirme Raynald Hawkins, de la Société de sauvetage du Québec.

« Neuf fois sur dix, les victimes ne portaient pas leur veste de flottaison. On ne répétera jamais assez son importance, surtout à ce temps-ci de l’année », indique-t-il.  

La température très basse de l’eau actuellement au Québec peut mener rapidement à un choc thermique, puis à l’hyperventilation, l’inconscience et la noyade, précise le directeur général de l’organisation.

Depuis le début de l’année, 11 personnes se sont noyées dans la province, comparativement à 14 à pareille date l’an passé. Mais plusieurs ont été secourues in extremis, souligne M. Hawkins. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.